Actualités
17:45 2 octobre 2015 | mise à jour le: 2 octobre 2015 à 17:45 Temps de lecture: 3 minutes

Centre de simulation et d’expertise maritime: la technologie au service des pilotes de bateaux

NAVIGATION. Mis sur pied il y a 10 ans pour parfaire la formation des membres de la Corporation des pilotes du Bas-Saint-Laurent, le Centre de simulation et d’expertise maritime de Québec compte maintenant parmi sa clientèle non seulement l’ensemble des pilotes canadiens, mais également près de 10% de leurs confrères américains.

Ce qui fait la force du centre, selon le directeur Paul Racicot, sont les logiciels qui ont été créés. Ils permettent dans un premier temps de récréer l’environnement dans lequel les pilotes formés se retrouveront. Par exemple, des capitaines qui dirigent le traversier NM F.-A.-Gauthier, qui assure la liaison entre Matane et Baie-Comeau, ont suivi une formation dernièrement à Québec.

Pour l’occasion, l’environnement a été reproduit dans le moindre détail. Que ce soit les bâtiments, le relief de la côte ou même un vulgaire poteau, tout s’y retrouve pour s’assurer que le pilote ait les mêmes repères visuels lorsqu’il sera sur place.

Il est également possible de recréer avec les logiciels les spécificités des bateaux. Ainsi, les pilotes qui n’ont jamais dirigé un certain type de navire peuvent s’exercer et se familiariser avec leur embarcation.

Ceux qui souhaitent également s’exercer de nuit, par jour de grands vents ou en hiver peuvent également le faire. «C’est très réaliste. Les gens qui viennent ici ont souvent un bon bagage. La marche doit être assez haute pour être en mesure de les challenger, explique M. Racicot. Bien souvent, lorsqu’il y a des erreurs, le facteur humain est en cause alors c’est une bonne façon de se préparer pour ça.»

Quatre passerelles permettent à autant pilotes de s’entraîner en même temps dans un environnement contrôlé via le poste d’instructeurs.

International

On retrouve trois centres similaires dans les Maritimes, mais cela n’empêche pas l’ensemble des 410 pilotes canadiens à être formés à Québec. L’établissement s’est également forgé une réputation à l’international. Près de 1200 Américains, soit 11% des pilotes de nos voisins du sud, ont suivi une formation dans la Vieille Capitale. Des pilotes du Brésil sont également venus alors que d’autres de la Colombie s’apprêtent à faire de même.

Le Centre de simulation et d’expertise maritime reçoit également des mandats pour valider de nouvelles infrastructures portuaires ou améliorer la sécurité maritime. À titre d’exemple, il a été sollicité pour une étude de faisabilité pour le projet de terminal pétrolier de Gros-Cacouna ainsi que pour de nouvelles infrastructures portuaires en Colombie, à Québec et en Colombie-Britannique, entre autres.

En chiffres

30

Bases de données géographiques (Canada, États-Unis, Amérique du Sud)

Plus de 100

Modèles de navires recréés

5

Nombre d’employés (dont deux spécialistes de la simulation et un designer en géomatique et modeleur 3D)

3M$

Investissements totaux pour mettre sur pied le Centre

40

Projets réalisés

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *