Actualités
22:00 11 octobre 2015 | mise à jour le: 11 octobre 2015 à 22:00 temps de lecture: 4 minutes

Quiz: les 5 questions à se poser pour être en parfaite sécurité

QUESTIONNAIRE. La semaine de prévention contre les incendies, du 4 au 10 octobre dernier, a donné l’opportunité à L’Autre Voix d’élaborer avec l’aide de la coordonnatrice en sécurité incendie de la MRC de la Côte-de-Beaupré, Monique Marier, un questionnaire sur les bonnes habitudes a adopté pour prévenir les risques d’incendie.

1. À quelle fréquence devez-vous faire vérifier votre extincteur à poudre par un spécialiste?

A) Au 2 et 4 ans

B) Au 5 et 10 ans

C) Au 6 et 12 ans

2. Quand doit-on changer les piles de son détecteur de fumée?

A) Au 10 ans, lorsqu’on change de détecteur

B) À chaque année

C) Lorsqu’elles sont finies

3. Quelle est la première chose à faire lorsqu’un incendie se déclare dans votre demeure?

A) Tenter de maitriser les flammes

B) Appeler les pompiers

C) Appliquer le plan d’évacuation

4. Comment appelle-t-on l’action de nettoyer sa cheminée?

A) Ramoner

B) Brosser

C) Souffler

5. Quel autre gaz peut devenir très nuisible lorsqu’on possède un appareil de combustion?

A) L’azote

B) Le monoxyde de carbone

C) Le dioxygène

Les réponses à la page suivante

 

1 – C) Au 6 et 12 ans

Il est recommandé de faire vérifier chaque année son extincteur par une personne qualifiée. Le travail consiste à renverser la bonbonne et de la secouer légèrement pour décompacter la poudre. L’aiguille de la pression devrait quant à elle être toujours dans la zone sécuritaire. Au six ans, la poudre doit être changée et remplacée par un spécialiste pour préserver son efficacité. Au douze ans, on teste la pression de la bonbonne grâce à un test hydrostatique pour s’assurer de son bon état.

2 – B) À chaque année

La pile, élément essentiel pour que l’avertisseur de fumée réponde à ses fonctions! Elle doit être changée chaque année pour s’assurer que tout se déroule comme prévu. Le truc pour s’en souvenir est de le faire au même moment qu’on ajuste ses pendules à la maison pour le changement d’heure. Au même moment, vous pouvez vérifier la date de votre détecteur de fumée. Il devrait être bon pour une dizaine d’années. Si aucune date n’est indiquée, mieux vaut ne pas prendre de chance et le changer, car l’élément qui détecte la fumée perd de sa sensibilité au fil des ans.

3 – C) Appliquer le plan d’évacuation

Lorsqu’un incendie se déclare dans la maison, il faut savoir où aller et quoi faire. Le meilleur moyen pour être prêt devant cette éventualité est de se planifier un plan d’évacuation connu par tous les résidents de la demeure. Par la suite, il faudra appeler le service de protection aux incendies. Même seul à la maison, réfléchir à comment sortir de chez soi s’il advient quoi que ce soit n’est pas une mauvaise idée.

4 – A) Ramoner

Avec les temps froids à nos portes, il est temps d’entretenir tous les outils servant à nous chauffer pendant l’hiver. Pour les cheminées, ça passe par un bon ramonage qui sert à retirer toute la créosote formée par la fumée. Cette matière, très inflammable, peut devenir la cause d’un incendie de cheminée. Pour une personne se chauffant uniquement à l’aide d’une cheminée à bois, il est recommandé de la ramoner après l’utilisation de cinq cordes de bois.

5 – B) Le monoxyde de carbone

Plusieurs appareils de chauffage, comme les foyers au bois, les poêles à combustion lente ou les chaufferettes au propane, dégagent du monoxyde de carbone lorsqu’ils sont utilisés. Ce gaz, qui ne se voit, ni ne se sent, ni ne se goûte, peut entrainer des intoxications s’il n’est pas détecté à temps. Une mauvaise combustion, comme chauffer son poêle avec les clés fermées, favorise son apparition. Des appareils existent pour détecter les taux élevés de monoxyde de carbone dans l’air.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *