Actualités
22:48 19 février 2013 | mise à jour le: 19 février 2013 à 22:48 temps de lecture: 3 minutes

Des étudiants se penchent sur le patrimoine naturel de Boischatel

Les finissants en environnements naturels et aménagés de l’Université Laval ont contribué à leur manière à la révision du Plan d’urbanisme de Boischatel. Ils ont présenté mardi leurs travaux qui permettent de mieux cerner les enjeux environnementaux d’importance pour la municipalité.

Dans le cadre du cours pratique «Projet de conservation», les étudiants ont réalisé divers projets en gestion écologique dans certains milieux de Boischatel. Ce partenariat, conclu à l’automne dernier, a également permis de mieux connaître le patrimoine naturel. La première cohorte de finissants de ce nouveau baccalauréat devait trouver des solutions à des enjeux environnementaux qui touchent la municipalité. «Ils devaient trouver des solutions pratiques, viables, faisables et acceptables socialement», indique Louis Bélanger, directeur du programme en environnement à l’Université Laval.

«Le but était de cibler les enjeux prioritaires et ensuite de poser un diagnostic écologique pour apporter des idées de solutions soit pour régler le problème ou mettre en valeur le territoire», ajoute M. Bélanger.

Les équipes se sont penchées sur des enjeux variés. Une d’entre elles a fait une caractérisation écologique et de conservation des boisés de l’est de la municipalité. Une autre a travaillé sur la terre humide du Fief de Charlesville et a proposé des solutions pour protéger ce milieu. Une étude des solutions d’aménagement de l’ancien site d’exploitation de l’entreprise Brique Citadelle Ltée a aussi été réalisée.

Des travaux utiles

Comme la ville a débuté la réflexion pour son nouveau Plan d’urbanisme, les autorités pourront s’inspirer ou intégrer en partie ou complètement des composantes que l’on retrouve dans les travaux des étudiants. «Une équipe a élaboré une réflexion sur les rives de la rivière Montmorency. Ils ont ciblé les caractéristiques écologiques, ce qu’il faudrait faire pour les protéger ainsi que les contraintes liées à l’urbanisation. Ces informations pourront aider à optimiser le prochain plan de développement urbain», affirme M. Bélanger, en soulignant que Boischatel se développe à une grande vitesse.

Les autres travaux portant notamment sur les espaces verts, les critères d’urbanisme durable et les milieux riverains du fleuve Saint-Laurent pourront également être utilisés à cet escient.

Programme unique

Les étudiants ont été accompagnés par des mentors du ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs ainsi que de cadres et d’élus de la municipalité. Ce programme leur permet d’être compétents dans plusieurs aspects, en ayant des compétences en environnement, en biologie, en foresterie et en aménagement du territoire.

L’Autre Voix, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *