Actualités
18:30 15 mars 2013 | mise à jour le: 15 mars 2013 à 18:30 temps de lecture: 4 minutes

Début des démarches pour le parc éolien de la Côte-de-Beaupré

Il s’agit d’une grosse année pour les parcs éoliens de la Seigneurie de Beaupré. Alors que la phase 1 sera complétée en 2013 et que la phase 2 le sera en 2014, Boralex et la MRC de La Côte-de-Beaupré ont entamé les démarches pour mettre en branle le chantier du parc éolien de la Côte-de-Beaupré, qui rapportera à la MRC des revenus moyens de 800 000$ pendant 20 ans.

Ce projet communautaire sera constitué de 11 éoliennes d’une puissance de 2 à 2,3 MW, pour un total de 25 MW. À l’instar des parcs Seigneurie de Beaupré 2 et 3 et Seigneurie de Beaupré 4, le parc éolien de la Côte-de-Beaupré serait situé sur les mêmes terres privées. «C’est un territoire éloigné des résidences permanentes et où il y a de bons vents», indique l’ingénieur Rafaël Bourrellis, coordonnateur au développement éolien chez Boralex.

Le processus réglementaire a été entamé cette année, notamment pour avoir l’approbation environnementale. Si tout se déroule comme prévu, les travaux débuteront l’année prochaine et la mise en service de ce parc est planifiée pour décembre 2015. Jusqu’à 50 emplois directs seront créés pour chacune des deux saisons de construction. La phase d’opération nécessitera deux à trois emplois à long terme.

Ce projet engendre des investissements totaux de 70 M$, dont un minimum de 42 M$ seront dépensés au Québec. Étant partenaire du projet, la MRC de La Côte-de-Beaupré touchera en moyenne 800 000$ par année sur 20 ans. Selon Jacques Pichette, conseiller spécial pour la MRC, un fonds de développement régional sera créé avec cet argent pour financer des projets pouvant se retrouver dans le Plan de développement durable des collectivités ou dans le Plan d’action local pour l’économie et l’emploi du CLD de la région. Cela dépendra des choix politiques, ajoute-t-il. Boralex et la MRC détiennent chacun 50% des sièges au conseil d’administration.

Mesures d’atténuation

Même si le parc éolien de la Côte-de-Beaupré représente 1/10 du transport nécessaire pour les travaux des parcs éoliens de la Seigneurie de Beaupré 2 et 3, les mesures d’atténuation seront maintenues pour les riverains habitant sur le bord des routes empruntées. Parmi les mesures, on retrouve le pavage des accotements du rang Saint-Antoine et d’une portion de 200 mètres à l’entrée du chemin de l’Abitibi-Price, l’installation d’un radar électronique permanent, la pose de panneaux visant à limiter l’utilisation des freins moteurs et un programme de surveillance de la circulation sur le rang Saint-Antoine.

«On continue de travailler avec les riverains pour améliorer les mesures d’atténuation», explique Patricia Lemaire, directrice aux affaires publiques et aux communications chez Boralex. Elle mentionne également que davantage de transport se fait en hiver maintenant. Comme les fenêtres sont fermées pendant cette saison, les résidents sont donc moins affectés par le bruit. Les conducteurs sont aussi sensibilisés pour respecter les normes.

Autres projets?

Le vaste site de la Seigneurie de Beaupré pourrait encore être développé, selon les représentants de Boralex. La poursuite du développement éolien ne semble pas déplaire à la MRC. «S’il arrive d’autres projets, nous sommes prêts à regarder», affirme M. Pichette. «Il faut un appel d’offres, sinon il ne peut rien se passer», explique pour sa part Mme Lemaire, qui souligne que l’acceptabilité sociale de ces projets sur la Côte-de-Beaupré est très élevée depuis le tout début.

Les retombées directes des parcs éoliens se chiffrent à environ 100 M$ pour la grande région de Québec. M. Bourrellis estime qu’au niveau des retombées indirectes, chaque dollar investi en rapporterait quatre ou cinq.

L’Autre Voix, membre du Groupe Québec Hebdo

Les parcs éoliens de la Seigneurie de Beaupré 2 et 3 seront complétés cette année.

(Photo archives Mélanie Grenier)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *