L'Autre Voix
10:06 30 novembre 2021 | mise à jour le: 1 décembre 2021 à 09:45 Temps de lecture: 5 minutes

Du miel de l’ile fait par des Ukrainiens d’origine

Du miel de l’ile fait par des Ukrainiens d’origine
Photo: Photo Métro Média Julie Rose VézinaSelon le couple, les meilleurs programmes d’immigration sont au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Le couple formé de Valentyna Minenko et Volodymyr Levchenko vient de Kiev, en Ukraine. Depuis 2011, ils se sont installés à Saint-Jean, où ils ont crée leur entreprise Les Ruchers de l’ile d’Orléans. Une aventure familiale qu’ils ne regrettent pas.

Le couple est arrivé au Québec en 2007, un choix d’abord axé sur la facilité des procédures du programme d’immigration et sur le fait que Volodymyr avait étudié le français à l’école. «Au départ, le plan c’était le Canada parce que le Québec ce n’est pas très connu dans notre pays. Mais en choisissant le français on a découvert le Québec», explique Valentyna.

Selon eux, le Canada a l’un des meilleurs programmes d’immigration au monde, avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Quatre ans de procédures plus tard, ils déménageaient à Montréal près de leurs amis.

Ils n’avaient jamais mis les pieds ici avant d’immigrer. C’est un ami qui les avait convaincus de venir au Canada. «L’eau et l’électricité ne coutent pas cher, l’éducation est bonne et gratuite, les soin médicaux aussi. Il y a de place, alors d’accord on y va!», illustre Vlodymyr.

Comme Montréal ne leur plaisait pas, ils sont ensuite venus étudier à l’Université Laval pour faire leur formation agricole. Devenir apiculteurs était un rêve qu’ils avaient même avant d’immigrer. C’est ainsi qu’ils ont rencontré beaucoup de monde dans le milieu agricole et ont appris petit à petit comment fonctionne la société ici.

«En faisant des recherches on a découvert qu’il y a beaucoup de programmes d’aide pour démarrer une entreprise, alors c’est vraiment plus facile que l’on pensait au départ. Pour devenir apiculteur il n’y a pas de quota à fournir et tu n’as pas besoin de terrain comme pour l’agriculture», expose Volodymyr.

Les abeilles sont en dormance, mais ne dorment pas pendant l’hiver dans la ruche.

Trouver l’ile et s’y installer

C’est grâce à une annonce de maison à louer à Sainte-Pétronille sur Kijiji qu’ils ont finalement découvert l’ile d’Orléans. Ils se sont installés depuis à St-Jean. La proximité de l’école, la disponibilité du service de garde et la possibilité de venir diner à la maison pour les enfants, ainsi que l’accès à un médecin de famille sur l’ile ont été des facteurs déterminants dans leur choix. La qualité de vie étant le point le plus important pour eux en immigrant au Québec.

Leurs deux premiers enfants sont arrivés ici très jeunes, alors que la dernière est née ici. «Ça été très simple pour les enfants d’immigrer ici. Ils ne parlent pas français avec un accent comme nous», ajoute en riant Valentyna en précisant qu’elle et son mari parlent l’ukrainien et le russe puisqu’à l’époque de l’Union soviétique, le russe était la langue imposée à l’école.

«La vie est tranquille ici. Notre pays n’était pas très riche, sans être pauvre, mais on souhaitait habiter dans un endroit plus stable au niveaux économique et politique.»

«L’hiver en Ukraine est un peu plus court et un peu moins froid qu’ici, avec moins de neige. On connaissait le patinage, le hockey et les sports d’hiver. On avait déjà l’habitude de l’hiver.»

Volodymyr Levchenko

Un apiculteur c’est un gestionnaire de colonies d’abeilles. Pendant la haute saison, cela demande du travail constant du matin au soir.

Les Ruchers de l’ile

Les Ruchers de l’ile d’Orléans ont démarré en 2011, alors que leurs études n’étaient même pas encore terminées. Avec le soutien au travail autonome, il leur a été facile à deux de vivre immédiatement de leur entreprise. «On s’est fait un réseau de contacts rapidement sur l’ile. Grâce à nos enfants à l’école, les parents de leurs amis sont devenus des clients.»

Les apiculteurs ont environ 500 ruches réparties sur différentes terres agricoles de l’ile d’Orléans. «Pour bien produire, les abeilles ne doivent pas être trop dans le même espace. On met donc environ 30 ruches pour 3km carrés. Les Ruchers de l’ile offrent aussi un service de pollinisation aux agriculteurs de l’ile (fraises, framboises, zucchinis et pommes entre autres).

Leur miel est vendu dans les boutiques saisonnières et les dépanneurs de l’ile. On peut également se le procurer via le portail Les Trois Terroirs. Il y en a également à l’épicerie Provisions de la rue Cartier.

https://ruchersio.monpanierdachat.com/fr/accueil

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *