L'Autre Voix
14:42 24 août 2021 | mise à jour le: 24 août 2021 à 14:42 Temps de lecture: 3 minutes

Moins de limites et plus de liberté pour Doloréanne

Moins de limites et plus de liberté pour Doloréanne
Photo: /Photo gracieuseté

MUSIQUE. Le groupe Doloréanne, formé de quatre amis qui font de la musique ensemble depuis une dizaine d’années, sort un 2e album. Intitulé Tout le monde a froid, l’opus, initialement un EP, a été enrichi pendant la Covid-19 de plusieurs titres. Les thématiques abordées se veulent plus introspectives et poussent à la réflexion.

Parmi celles-ci, le deuil, les relations malsaines, la parentalité… «C’est un peu plus sombre que le premier [album]. Oui, il y a de l’énergie et de la pop, mais on est moins dans la légèreté, plus dans la réflexion», explique le chanteur, Émile Brassard-Goudreau. Selon lui, Tout le monde a froid est aussi l’opus de la liberté. «C’est un album moins formaté. On a des sonorités plus variées, de la distorsion, des ambiances plus assumées. Quand on y va, on y va à fond la caisse», exprime-t-il.

Pourquoi l’opus porte-t-il ce titre de l’une de ses chansons? «On n’a pas composé l’album avec une thématique. Mais beaucoup de pièces parlent d’isolement, de fracture sociale, de perception des autres. Donc tout le monde a froid, c’est tout le monde va mal aussi. Le froid représente cette distance, une froideur». Depuis le premier album, sorti en 2016, la formation a beaucoup appris au niveau de l’arrangement et de l’intention des chansons. «On est plus autonomes. On propose quelque chose de plus ressenti, on se met moins de limites, moins de cadres», confie le chanteur.

La musique, de 2e métier à projet sérieux

Les quatre membres du groupe sont une bande d’amis depuis longtemps. «Jouer ensemble, c’était un projet étudiant, un projet d’amis. On a appris à jouer de la musique ensemble. Au fur et à mesure, c’est devenu un projet plus sérieux, plus professionnel», mentionne le chanteur. Pour les quatre musiciens dont trois sont originaires de Boischatel et l’autre de Sainte-Foy, la musique est un 2e métier et n’a pas fait partie des projets de carrière à l’origine.

Doloréanne, le nom du band composé de Éloi et Émile Brassard-Goudreau, Frédérique Tremblay-Auger et Alexandre Vézina, n’a pas de signification particulière. «Un des membres a proposé ça. La sonorité, la couleur nous ressemblait. On ne voulait pas mettre une signification en arrière dont on se serait tanné», révèle-t-il.

La pandémie a-t-elle bouleversé leurs plans? «Ça a tombé dans un timing difficile, on pensait sortir l’album l’an dernier, alors on l’a retravaillé. On avait des trucs de prévus, comme la première partie des Trois Accords. Ça a été annulé. Mais on a redoublé dans la compo, on a rajouté des chansons et le EP est devenu un album, ça a permis de l’enrichir», révèle le chanteur. Il évoque quand même la difficulté de pratiquer à distance, et d’enregistrer certains segments chacun de son côté. «On s’est vus beaucoup moins fréquemment», regrette-t-il.

Lancement

Doloréanne lancera Tout le monde a froid le 14 août prochain au Palais Montcalm et à Boischatel le 25 août. Et après? «On est trois à attendre des enfants pour l’automne. On fera donc probablement une tournée plus vers janvier-février».

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *