Actualités
16:46 20 avril 2021 | mise à jour le: 23 avril 2021 à 13:59 temps de lecture: 2 minutes

Québec s’implique directement au Mont Sainte-Anne

Québec s’implique directement au Mont Sainte-Anne
En date du 18 avril 2021 (étape 3 de 4 de la convention), Station MSA (RCR) n'a pas réalisé les engagements et s'est placée en défaut face à la Sépaq. C'est pourquoi le gouvernement intervient pour résilier les droits de propriété superficiaire de Station MSA pour les terrains périphériques à la montagne. /Photo Métro Média – Archives

Déterminé à soutenir le développement et la mise en valeur du Mont-Sainte-Anne, une infrastructure nationale qui représente un potentiel récréotouristique et économique important pour la Côte-de-Beaupré et la région de la Capitale-Nationale, le gouvernement du Québec entame dès maintenant des procédures juridiques visant à reprendre temporairement la propriété des terrains du pourtour de la montagne du Mont Sainte-Anne qui n’ont pas été acquis. Ces terrains servent notamment aux activités de ski de fond, de vélo de montagne et de camping.

Par voie de communiqué, le gouvernement déclare entendre travailler avec les parties prenantes locales pour réaliser une transition des plus harmonieuses possible et pour favoriser la mise en œuvre d’un plan de développement stratégique des activités récréotouristiques répondant aux attentes de la population.

«Dans un premier temps nous sommes heureux que le gouvernement aille de l’avant dans ce dossier. Cela confirme l’importance de la Station MSA pour la région autant au niveau régional, national et international. On peut se réjouir de cette annonce. Cependant, il faut être prudent car le gouvernement veut reprendre temporairement les terrains. Nous ne connaissons pas les intentions du gouvernement dans ce dossier. Enfin pour la ville de Beaupré ça représente peu d’impact puisque la majorité des terrains visés sont situés dans la municipalité voisine, St-Ferréol-les-Neiges», a commenté le maire de Beaupré, Pierre Renaud.

Un dossier important pour la Côte

La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) estime que la convention additionnelle signée en 2008 avec Station Mont-Ste-Anne inc. (Station MSA), dont l’actionnaire principal est Resorts of the Canadian Rockies (RCR), n’a pas été respectée. Cette convention stipule que Station MSA s’engageait à acquérir de la Sépaq les droits tréfonciers, selon un échéancier de réalisation de 15 ans.

Afin de minimiser les conséquences de cette procédure sur les employés et la clientèle, le gouvernement entend travailler avec les parties prenantes locales pour réaliser une transition des plus harmonieuses possible et pour favoriser la mise en œuvre d’un plan de développement stratégique des activités récréotouristiques répondant aux attentes de la population.

Plus de détails suivront.

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *