Economie
10:25 14 avril 2021 | mise à jour le: 14 avril 2021 à 13:25 temps de lecture: 3 minutes

Année rocambolesque pour la Microbrasserie de l’Île d’Orléans

Année rocambolesque pour la Microbrasserie de l’Île d’Orléans
Photo: /Photo gracieuseté

Microbrasserie. Après une année difficile caractérisée par la perte de la saison estivale 2020 et de multiples retards dans des travaux de rénovation, la Microbrasserie de l’Île d’Orléans peut maintenant passer à un chapitre plus jovial de son histoire. Les clients sont désormais en mesure d’aller admirer le nouveau look de l’entreprise locale, tout en vivant une expérience gastronomique renouvelée.

Ouverte à l’été 2006, la microbrasserie orléanaise avait pris la décision de se refaire une beauté à l’automne dernier. Un plafond plus haut, de nouvelles baies vitrées et une modernisation du restaurant font notamment partie des nouveaux atouts des installations. «Ça a vraiment été des travaux majeurs, puisqu’on a enlevé les bâtiments pour recreuser le sol plus profondément et refaire les fondations. On a également déplacé la maison ancestrale qui abrite nos bureaux administratifs», explique le directeur du développement des affaires Luc Van Steene. Il mentionne également que les équipements de brassage et de cuisine ont aussi été changés, pour des coûts totaux de rénovation situés entre 5 et 6 M$.

Ces nouveaux équipements permettront d’ailleurs à l’entreprise de brasser une quantité de bière plus importante, tout en offrant un produit de meilleure qualité. Une grande importance est également accordée au côté gastronomique. «On cherche à engager un chef cuisinier qui va amener quelque chose d’original et d’attrayant. Les gens de l’Île d’Orléans et de Québec qui veulent vivre une bonne expérience gustative vont être servis, clame M. Van Steene. On n’a pas vraiment plus de place qu’avant et on ne s’attend pas à recevoir plus de monde au cours de l’été, mais tous ces changements qu’on a apportés devraient nous permettre d’aller chercher plus de gens en dehors de la période estivale», ajoute-t-il.

Plus long que prévu

Le plus gros problème qu’a vécu la microbrasserie n’a pas été en lien avec l’accueil de clients, mais bien avec la lenteur des travaux. «À cause de la pandémie, les chantiers de construction ont été fermés pendant plusieurs semaines et ça a grandement retardé la réouverture, raconte M. Van Steene. En plus, lorsque les travaux ont recommencé, le retard est devenu exponentiel, puisque les contracteurs avaient d’autres engagements qu’ils devaient remplir en même temps. Ils avaient donc moins de travailleurs que prévu à assigner pour nos rénovations.»

Malgré cela, l’entreprise a eu la chance de recevoir un excellent support financier de ses propriétaires belges, qui étaient désireux de garder la brasserie ouverte. «Même si on s’attend à vivre certaines complications dues à l’emplacement dans les prochaines années, notamment avec l’embauche d’employés, nous avons décidé de nous installer à l’Île d’Orléans et nous sommes là pour y rester,» affirme M. Van Steene.

«On a eu une grosse première fin de semaine et ça nous a vraiment fait chaud au cœur. On tenait à remercier tous ceux et celles qui sont venus prendre une bouchée chez nous!»

-Luc Van Steene

 

 

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *