Culture
09:31 29 septembre 2020 | mise à jour le: 30 septembre 2020 à 14:54 temps de lecture: 4 minutes

Une emblématique œuvre de Giovanni Gerometta à Beaupré

Une emblématique œuvre de Giovanni Gerometta à Beaupré
(Photo Métro Média – Julie Rose Vézina)

Cela faisait déjà quelques années que l’idée d’avoir une œuvre de l’artiste de réputation internationale Giovanni Gerometta bien en vue à Beaupré était dans l’air. C’est maintenant chose faite.

L’œuvre, baptisée Liberté, a été installée à l’angle de la 138 et de la rue de la Seigneurie, dans un parc qui porte désormais le nom de Place de la Liberté. Depuis plusieurs années Giovanni Gerometta a laissé sa marque à divers endroits du Québec et du Nouveau-Brunswick en tant que mosaïste et peintre. Ses œuvres sont riches en couleur et représentent des scènes quotidiennes de la vie. Elles sont uniques et les critiques sont unanimes sur la qualité de son travail.

«La culture dans son sens large désigne ce qui est différent de la nature, c’est l’empreinte que nous laissons aux générations futures. Pour la Ville de Beaupré, il était incontournable qu’un artiste de cette réputation, qui demeure chez nous, soit mis en évidence sur notre territoire. La Ville possède une image identitaire que tout le monde connait: le mont Sainte-Anne. Néanmoins, pour ajouter à ce décor, le conseil municipal a décidé de mettre en valeur une portion de son territoire avec cette œuvre qui sera bien visible pour tous ceux qui vont passer chez nous. C’était pour nous l’occasion de souligner la part de M. Gerometta dans la culture de notre région», a commenté le maire de Beaupré, Pierre Renaud, lors de l’inauguration qui a eu lieu le 14 septembre dernier.

La MRC de la Côte-de-Beaupré et Développement Côte-de-Beaupré ont participé financièrement à la réalisation de l’œuvre. (Photo Métro Média – Julie Rose Vézina)

Vers le ciel

Giovanni Gerometta voulait développer une œuvre sur les oies, un sujet qu’il a toujours aimé peindre et s’exprimer en mosaïque. Les oies dans la structure ont un mouvement vers le ciel, donc vers la liberté. La perspective de l’œuvre amène le regard vers le sommet où l’on voit des flocons de neige qui amènent le départ des oies.

«Cette œuvre a été compliquée à produire parce que présenter un dessin c’est simple, mais quand c’est le moment de mettre en marche c’est autre chose. Avec Régis Lessard on s’est rencontrés plusieurs fois et il ne disait jamais non, mais il prenait le temps d’étudier les formes et de voir comment préparer la structure. Ça a pris du temps, mais avec patience on y est arrivés. Je l’ai appelée Liberté parce que c’est un mot, de nos jours, qui n’est pas dans l’âme de tous les pays. Liberté ici ça veut aussi dire liberté de l’espace, liberté de la nature. C’est vraiment quelque chose que nous vivons ici et nous sommes vraiment chanceux d’avoir un endroit comme le mont Sainte-Anne et la Côte-de-Beaupré, avec tous les espaces que nous avons, nous vivons dans un endroit extraordinaire et c’est pour ça que je suis ici depuis 1965», a déclaré l’Italien d’origine.

L’artiste a terminé son discours en racontant une anecdote cocasse. «J’ai rencontré le maire un jour et il m’a dit: «Il va bien falloir que la ville ait un jour quelque chose de Giovanni Gerometta puisque tellement d’autres villes en ont.» Mais quand je lui ai dit mon âge, il a été surpris et s’est empêché de proposer le projet au conseil municipal. Alors moi je lui ai dit: c’est maintenant ou jamais!», a-t-il raconté en riant.


M. Gerometta a tenu à remercier son épouse Andrée qui a passé des journées à nettoyer ses mosaïques pour les rendre plus brillantes. (Photo Métro Média – Julie Rose Vézina)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *