L'Autre Voix
10:42 22 février 2020 | mise à jour le: 20 février 2020 à 15:16 Temps de lecture: 5 minutes

MRC de la Côte-de-Beaupré: la collaboration est la clé du succès

MRC de la Côte-de-Beaupré: la collaboration est la clé du succès
Ce document est disponible dans la rubrique « Notre MRC / Réalisations » du site Internet de la MRC : www.mrccotedebeaupre.com. /Photo Métro Média – Archives 

MUNICIPAL. Si de nombreux projets voient le jour dans la MRC de la Côte-de-Beaupré, c’est souvent grâce à l’implication, au dévouement et à la collaboration entre les différents acteurs du développement économique de la MRC. Et lorsqu’il en parle, Pierre Lefrançois, préfet de la MRC de la Côte-de-Beaupré, ne tarit pas d’éloges.

«La grande collaboration qui existe entre les divers intervenants et élus sur la Côte, c’est la source même du succès de bien des projets. Nos réalités sont différentes dans chacune des municipalités. Il faut le comprendre. Parfois l’entraide est possible, parfois non. Alors on fait ce qu’on peut pour le mieux pour tous. Quand on met les réalités et les enjeux de tous sur la table, c’est plus facile de garder l’esprit ouvert et de mieux se comprendre. Certaines municipalités ont plus de moyens, d’autres moins. Certaines ont fini leurs investissements pour les infrastructures d’autres non. Donc quand vient le temps de faire un projet il faut tenir compte de tout ça. C’est une philosophie qui peut mener loin», affirme-t-il convaincu.

En 2020, le préfet prévoit poursuivre les engagements déjà pris. Il continuera à travailler sur l’amélioration des aménagements de la route 138, sur les accès au fleuve et sur les parcs. «On veut faire plus de parcs et plus d’accès au fleuve en plus du quai de Sainte-Anne. Par exemple, au parc riverain Espace Fillion de L’Ange-Gardien et à Château-Richer

D’ailleurs, le 7 mars prochain aura lieu une activité de pêche sur glace en collaboration avec la municipalité de L’Ange-Gardien. «Ça fait trois ans que cette activité existe. C’est ouvert à tous. Cette année, on veut en profiter pour faire revivre la traversée du pont de glace vers l’ile d’Orléans avec une petite pointe d’histoire. Cette activité est très populaire auprès des familles.»

La Côte en effervescence

Parmi les autres projets déjà amorcés et qui se poursuivront en 2020 M. Lefrançois nomme un autre parc à L’Ange-Gardien, la continuité du programme de la trame verte et bleue, le début des travaux du quai de Sainte-Anne-de-Beaupré dès la réception du certificat d’autorisation, et la prolongation de la véloroute Marie-Hélène Prémont. «La véloroute est dédiée par endroits et partagée ailleurs. On voudrait qu’elle soit dédiée partout. La première étape c’est de la continuer jusqu’au quai de Sainte-Anne-de-Beaupré. Mais ensuite on aimerait qu’elle se rende jusqu’à Cap-Tourmente. Dans les prochains mois, on va donner le mandat d’établir un tracé réaliste. Le tracé prendra en compte les nombreux obstacles telles la voie ferrée, les zones inondables et les terres privées. On doit traverser ces obstacles un à la fois. C’est la raison pour laquelle le projet se fait par sections tout en améliorant la piste existante. On va mettre ça de l’avant en 2020 avec la collaboration de chaque municipalité», explique-t-il.

L’offre de transport collectif avec PluMobile va aussi être un projet à définir en 2020. «Le service offert à Boischatel est un bel exemple. À L’Ange-Gardien on a un stationnement à l’église qui se raccorde à Boischatel. On va voir pour la suite sur le reste de la Côte. Avec tout ce qui s’en vient à la Ville de Québec dans le coin de d’Estimauville, on va aller s’y rattacher et analyser les possibilités et les besoins. C’est un gros dossier sur lequel on va travailler pour la renégociation du contrat qui se termine cette année avec PluMobile. Le transport est un enjeu important.»

Une vision claire

Le préfet a une vision claire pour la MRC et il croit qu’elle est partagée par les divers intervenants. «Dans notre vision de la Côte-de-Beaupré, il faut mettre des projets en branle, mais il faut ensuite s’assurer de les faire vivre et de les faire prospérer. Ce n’est pas tout d’avoir un équipement, ensuite il faut le garder et l’entretenir. Les gens sont conscients de l’importance de garder nos attraits attirants. Rien n’est facile, mais rien n’est impossible. On gère en bon père de famille. C’est beau la Côte, mais on a intérêt à s’entraider si on veut que notre région vive», affirme-t-il convaincu.

Pierre Lefrançois n’hésite jamais à s’inspirer des succès des autres municipalités québécoises. «On ne réinvente pas la roue, si quelque chose marche ailleurs ça peut aussi marcher ici. C’est dans cet esprit là qu’on travaille, donc en 2020 on va continuer d’avancer, tout le monde travaille dans le même sens selon nos capacités de petites villes. La Côte va très bien!», termine-t-il en riant.

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *