Actualités
14:04 3 février 2020 | mise à jour le: 31 janvier 2020 à 14:22 temps de lecture: 4 minutes

2020: l’année du quai et de l’eau potable à Sainte-Anne-de-Beaupré

2020: l’année du quai et de l’eau potable à Sainte-Anne-de-Beaupré
Au cours des derniers mois, la CDQSAB a fait appel à des firmes spécialisées afin de compléter des évaluations et des analyses de l’infrastructure du quai et de son environnement. (Photo Métro Média – Archives)

MUNICIPAL. Depuis la réception d’une subvention de 10 M$ du gouvernement provincial l’an dernier pour la réfection du quai le Sainte-Anne-de-Beaupré, les élus n’ont pas chômé. Selon toute vraisemblance, les travaux devraient débuter dès le printemps 2020.

«La seule chose que l’on attend pour débuter les travaux du quai c’est la permission du ministère de l’Environnement. Nous avons reçu l’aval du côté fédéral de Océan Canada. Pour ce faire, on a légèrement modifié la configuration de la structure du quai. Nous avons rétrécis l’emprise du côté ouest afin de diminuer l’impact du projet sur le bar rayé. Avec le BAPE tout est finalisé, donc tout ce qu’on attend du ministère de l’Environnement c’est la permission de procéder. L’appel d’offres pour les soumissions se fera cet hiver», explique Jacques Bouchard, maire de Sainte-Anne-de-Beaupré. On se rappelle d’ailleurs qu’en plus de la subvention provinciale, la caisse Desjardins de la Côte-de-Beaupré a octroyé une aide financière de 500 000$. Le gouvernement fédéral a quant à lui versé 650 000$ pour ce projet d’envergure.

L’usine d’eau potable est presque prête

L’autre grand projet prioritaire déjà en cours dans la municipalité est celui de l’usine d’eau potable. «Toutes les infrastructures souterraines sont terminées, sauf un bout au niveau du creusage à la jonction de la côte Gravel et de la côte Sainte-Anne. Au niveau du bitume on devra reprendre la côte Gravel au complet pour refaire l’asphalte au printemps. Tout est déjà prévu par l’entrepreneur.» Cet hiver, la municipalité en profite pour installer les équipements à l’intérieur de l’usine. «On espère un démarrage en juin pour alimenter la population», poursuit le maire.

Les travaux visant à revitaliser le centre-ville sont allés bon train en 2019. Il y eu l’installation de mobilier urbain sur la rue du Sanctuaire, des visites historiques gratuites offertes par les Promenades Fantômes, et l’installation de cartes thématiques pour identifier les différents points d’intérêts. «On étudie la possibilité de faire revenir ces visites historiques en 2020. Le camping opéré par la Ville va être rouvert cet été, on est dans notre 2e année. Le rodéo, qui a eu un grand succès pour sa première édition en 2019, devrait revenir en 2020. Cela a été un événement majeur qui a attiré beaucoup de monde. La nouvelle formule de Rythme et Papilles a aussi été très populaire et devrait elle aussi revenir cet été», énumère M. Bouchard.

Des dossiers chauds

La cause Hamel, qui a fait beaucoup jaser dans les médias pour d’importants problèmes d’écoulement d’eau sur leur terrain, a été conclue. La Ville s’est donc engagée à faire les travaux dans les plus brefs délais. «Une firme d’ingénieurs travaille sur les plans et devis. On espère débuter les travaux au printemps 2020, soit dès que le ministère de l’Environnement aura donné son aval», assure le maire.

En ce qui concerne le Cyclorama, Jacques Bouchard confirme avoir des contacts réguliers avec une personne intéressée à le racheter et à l’opérer. «Nous avons eu une rencontre en novembre. Il souhaitait vérifier certaines informations auprès de la Ville. Je n’ai pas eu d’autres nouvelles dernièrement, mais je sais qu’il rencontre beaucoup de gens, et qu’il travaille sur le dossier», commente le maire sans vouloir en révéler plus à ce stade.

 

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *