Actualités
14:42 26 septembre 2019

Opération de sécurité routière contre les distractions au volant: 42 constats d’infraction en 3 heures

Opération de sécurité routière contre les distractions au volant: 42 constats d’infraction en 3 heures
Les policiers et les contrôleurs routiers ont donné 42 constats d’infraction lors de l’opération qui a duré environ 3 heures. (Photo gracieuseté – Sûreté du Québec)

SÉCURITÉ. Ce matin, les policiers de la Sûreté du Québec ont procédé à une opération de sécurité routière dans le cadre de l’opération nationale concertée Distraction faite en collaboration avec Contrôle routier Québec (CRQ). Lors de l’opération qui a duré un peu plus de trois heures, les policiers et les contrôleurs routiers ont émis 42 constats d’infraction, dont cinq pour utilisation du cellulaire au volant, 16 pour le non-port de la ceinture de sécurité, sept pour le non-respect du feu de circulation, cinq avis de vérification photométrique (vitres teintées) et neuf constats pour diverses infractions.

Les policiers étaient installés dans leur véhicule de commandement stationné sur le terre-plein central du boulevard Sainte-Anne, au niveau d’une intersection où un feu de circulation clignotait. Un peu plus loin, quelques véhicules d’intervention attendaient le signal pour poursuivre les fautifs. De ce poste d’observation en hauteur, ils peuvent mieux détecter les conducteurs délinquants, même dans les véhicules lourds et les autobus qui sont plus difficiles habituellement à identifier.

Il est étonnant de constater que même en présence de véhicules policiers, les gens sont assez distraits sur la route pour brûler un feu rouge. «Les conducteurs ne sont pas nécessairement conscients de leur entourage lorsqu’ils conduisent. Cela jumelé au fait de manger, parler ou texter au volant, ça diminue la concentration et ça augmente les risques de collision parce que cela peut entrainer d’autres manquements sur la route comme ne pas voir la signalisation ou manquer un feu rouge», affirme le sergent Louis-Philippe Bibeau de la Sûreté du Québec.

La vitesse, l’alcool et les distractions au volant, telle l’utilisation du cellulaire, sont les trois raisons majeures d’accident au Québec. En 2018, à la grandeur de la province, plus 10 000 constats ont été donnés pour cellulaire au volant. Les fautifs se méritent alors une amende de 484$ et 5 points d’inaptitude pour une première offense. Même s’il est légal de toucher à l’écran tactile dont les nouvelles voitures sont munies pour prendre nos messages textes, cela demeure une distraction.

«Le cellulaire, il ne faut tout simplement pas y toucher en voiture. Juste l’avoir en main c’est une infraction. On peut seulement l’utiliser comme GPS s’il est fixé au tableau bord et qu’il ne nuit pas à la vision. Même s’il est fixé, les textos sont interdits. Ici ce matin, avec la vue en plongée que nous avons dans le véhicule on peut mieux voir les gens qui textent en gardant leur cellulaire sur leur cuisse», commente le sergent Bibeau.

Du haut de leur véhicule stationné en bordure de route, les policiers ont une meilleure vue de l’intérieur des véhicules qui passent devant eux. (Photo gracieuseté – Sûreté du Québec)

Des infractions moins connues

Peu de gens savent que les animaux en liberté dans l’automobile ou sur le conducteur sont également interdits et peuvent mener à une contravention de 100$ plus les frais.

«Un autre mythe est que les gens pensent qu’ils peuvent ne pas porter leur ceinture lorsqu’ils sont arrêtés dans un bouchon de circulation, à un feu rouge où un arrêt, mais non, cela fait aussi partie de la conduite automobile. Tu n’as pas plus le droit d’utiliser ton cellulaire à ces moments qu’en circulant, explique le sergent Bibeau. Quelqu’un qui sort d’un service à l’auto peut aussi recevoir un constat s’il y utilise son cellulaire. Parce le stationnement fait partie des zones privées ouvertes à la circulation publique selon la loi.»

Il y a aussi d’autres règlements que les gens ne savent pas. «Par exemple, les arrêts dans les stationnements de centre d’achats, ce ne sont pas des arrêts obligatoires, nous apprend le lieutenant Ghislain Harnois. Par contre, si on ne fait pas cet arrêt et que l’on frappe une personne, à ce moment l’article sur les actions imprudentes s’applique avec 1000$ d’amende et quatre points d’inaptitude. Nous n’intervenons donc pas pour un arrêt de ce type si cela ne met personne en danger. Mais nous allons intervenir pour les stationnements pour handicapés, les véhicules non verrouillés, les enfants laissés seuls dans un véhicule, le non-port de ceinture, la consommation d’alcool dans un véhicule ou l’utilisation du cellulaire puisque la loi s’applique.»

Selon la loi, il est interdit de laisser seul sans surveillance dans un véhicule un enfant de moins de 7 ans, même pour quelques instants. Les vitres latérales teintées à l’avant d’un véhicule sont aussi une infraction menant à une amende. Non seulement cela empêche les policiers de voir à l’intérieur du véhicule, mais cela nuit aussi à la visibilité du conducteur et au contact visuel avec les autres véhicules ou piétons.

L’opération qui vise à conscientiser les conducteurs aux dangers liés à la distraction au volant s’est déroulée sur le Boulevard Sainte-Anne dans le secteur de Boischatel. Elle s’étendait du 20 au 26 septembre à la grandeur de la province.

L’opération visait a priori l’utilisation du cellulaire au volant. (Photo gracieuseté – Sûreté du Québec)

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Roger Patry

    C’est beau de voir des percepteurs d’impôt écœurer le monde avec leur radar sur le boulevard Sainte-Anne. Êtes-vous fiers de votre job? Ça fait pitié…