Actualités
12:30 4 avril 2019

Sainte-Anne-de-Beaupré : Développements immobiliers et nouvelle usine d’eau potable en 2019

Sainte-Anne-de-Beaupré : Développements immobiliers et nouvelle usine d’eau potable en 2019
Le maire Jacques Bouchard affirme aussi  être à la recherche d'idées pour occuper l'ancien Cyclorama. (Photo gracieuseté)

MUNICIPAL. 2019 sera l’année au cours de laquelle de grands projets municipaux verront le jour à Sainte-Anne-de-Beaupré. Le plus important d’entre eux demeure celui de la nouvelle usine d’eau potable.

«L’implantation du projet doit absolument se faire et être finalisé en 2019 car, selon la subvention reçue, l’usine doit être en opération au plus tard en avril 2020», explique le maire Jacques Bouchard. Ce projet représente un investissement de 25M$ au total alors qu’environ 10M$ ont été reçus en subventions gouvernementales.

C’est d’ailleurs grâce à l’avancement de ce projet d’envergure que la municipalité pourra ensuite poursuivre son développement résidentiel. «On fonctionne  avec un système de captation des eaux souterraines, mais les exigences gouvernementales sont plus élevées maintenant. On commençait à atteindre notre limite. Il y a eu beaucoup de retard dû à des autorisations gouvernementales qui sont entrées hors délai mais là enfin on va pouvoir finaliser.»

C’est d’abord sur le Plateau de la Marguerite que le développement va commencer cette année, avec 450 à 500 terrains qui seront développés en plusieurs phases. Comme les terrains sont situés en zone blanche mais qu’ils sont enclavés par des zones protégées, il faudra d’abord construire un chemin d’accès pour s’y rendre mais aussi pour avoir un accès au réservoir d’eau potable. «On a eu les autorisations finales en décembre, donc maintenant on peut procéder. Il y aura aussi une autre rue qui va se développer, nous avons eu le certificat d’autorisation pour 42 terrains, et finalement un autre développement en continuité au niveau de la rue Lachance, soit environ une douzaine de terrains de plus.»

C’est d’ailleurs avec les éventuelles taxes municipales reliées à ces nouvelles résidences que la municipalité compte améliorer ses finances, et travailler à l’amélioration du centre-ville. «Nos infrastructures commencent à prendre de l’âge», précise le maire. «C’est une autre de nos priorités. Avec le nouveau climat de collaboration entre la Ville et les Pères rédemptoristes qui a mené à la gestion du camping par la Ville, on a pu dégager des profits qui vont être réinjectés dans le centre-ville. On a rencontré un comité de citoyens pour savoir ce qu’ils souhaitent pour leur centre-ville, et j’ai été content de voir que les gens veulent que ça se développe et que ça bouge.» L’administration municipale a donc créé un comité directeur dont le mandat est de faire le lien entre les divers intervenants pour trouver les moyens de créer un centre-ville plus dynamique.

«Il faut allouer un budget et implanter des idées. Cette année, on va instaurer des places éphémères dont le but sera d’attirer l’œil des passants et des touristes. La basilique attire déjà 800 000 personnes par année, alors on veut trouver le moyen d’accrocher les gens pour qu’ils restent dans le centre-ville. Il s’avère donc important qu’on amène de la nouveauté, du mobilier urbain par exemple. Nous sommes aussi  en discussion avec les Pères rédemptoristes pour l’utilisation de certains endroits. Il faut créer de l’activité pour attirer les gens d’affaires», énumère Jacques Bouchard.

C’est donc dans cette optique d’animation et d’action que l’événement Ryhtme et papilles aura lieu sur le terrain de camping dans la fin de semaine du 23 août et que le Rodéo Mont-Saint-Anne va installer son ring sur le camping dès le mois de mai pour y passer l’été dans le cadre d’un projet pilote.  25 000 personnes sont d’ailleurs attendues dans la fin de semaine du 9 août pour le rodéo.

Le quai

La revitalisation de la municipalité passera également par la restauration du quai, un projet d’environ 14M$. «À  l’heure actuelle on est en attente du certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement. On travaille au montage financier du projet et la corporation fait des démarches avec Développement Côte-de-Beaupré. On a aussi rencontré la ministre Guilbault. Bref, le dossier chemine très bien. On espère avoir des annonces à faire sous peu suite au budget provincial puisque, pour la MRC Côte-de-Beaupré, le quai était le projet numéro 1 de la dernière campagne électorale», termine le maire qui y voit un potentiel touristique intéressant.

 

 

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *