Communaute
21:39 16 mai 2016 | mise à jour le: 16 mai 2016 à 21:39 temps de lecture: 3 minutes

L’école De Rochebelle reçoit un ruban mauve pour la lutte contre l’homophobie

INITIATIVES. Dans le cadre de la Journée internationale de l’homophobie, l’école secondaire De Rochebelle a reçu le ruban mauve de la Fondation Jasmin Roy, pour ses initiatives en matière de lutte contre l’homophobie.

Lors de la remise de l’honneur, Jasmin Roy s’est dit très fier du travail réalisé par les membres du comité AlliéEs contre l’homophobie de l’école secondaire du secteur de Sainte-Foy. «Je suis fier de vous, vous êtes porteur d’espoir. Quand j’étais au secondaire, il n’y avait pas de comité comme le vôtre. Mon souhait est que tous les gens se sentent bien dans les écoles», a expliqué le président de la Fondation Jasmin Roy.

Plusieurs élèves de l’école et membres du comité AlliéEs ont d’ailleurs assisté à la remise de la plaque que la directrice France St-Onge a reçue des mains de Jasmin Roy. «Ce qui nous importe, c’est que tout le monde soit égal. Plus on commence la sensibilisation tôt, moins ça va s’implanter dans les écoles», ont expliqué Maxence Lassarre et Laura Doyle-Péan.

Aussi présent pour l’événement, le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, a affirmé qu’il fallait absolument s’attaquer à ce problème qui est encore présent dans les écoles. «Il ne faut pas juste travailler sur les notes, mais aussi sur les saines habitudes de vie et c’est à l’école qu’on apprend à changer une société». Selon celui qui est aussi ministre de la Famille, le gouvernement doit aussi s’impliquer dans la lutte à l’intimidation et à l’homophobie.

Quatre ans de travail récompensé

Le prix du ruban mauve a été remis à l’école De Rochebelle avec une bourse de 2500$. Pour Mariane Beaupré, responsable du comité AlliéEs contre l’homophobie, cette distinction récompense le travail des quatre dernières années des élèves. «Ils s’engagent pour faire de leur école un meilleur milieu scolaire et ils le font avec créativité et intelligence.»

Pour le comité qui regroupe des personnes de toutes orientations pour lutter contre l’homophobie, la bourse rendra possible la tenue d’une grande exposition qui aura lieu l’an prochain, pour souligner le cinquième anniversaire du comité. «Il y aura aussi une partie des fonds qui ira dans nos activités, par exemple au prix pour le gagnant de notre concours d’affiches contre l’homophobie», ajoute Mme Beaupré.

L’importance de ne pas banaliser les insultes

Depuis un peu plus de six ans, Jasmin Roy travaille, par l’entremise de sa fondation, à lutter contre l’intimidation, la violence et la discrimination dans les écoles primaires et secondaires. Lorsqu’il a reçu la candidature de l’école De Rochebelle, il n’a pas hésité à leur remettre le sixième prix de la Fondation Jasmin Roy. «J’ai bien vu que ça faisait réellement partie de leurs valeurs et que ce n’était pas un événement ponctuel. C’est ce qu’il faut faire pour que ça dure, parce que ça fait partie des saines habitudes de vie. Ce langage-là existe encore et il ne faut pas le banaliser.»

Une réalité qu’il remarque beaucoup, c’est celle de jeunes qui deviennent homophobes par peur d’être ostracisés. «C’est vraiment fréquent. Il y a beaucoup de jeunes qui le font par peur d’être traités eux-mêmes d’homosexuels.»

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *