Communaute
13:55 30 septembre 2016 | mise à jour le: 30 septembre 2016 à 13:55 temps de lecture: 3 minutes

La Commission scolaire des Découvreurs célèbre 30 ans de traditions

ÉDUCATION. Cette année, la Commission scolaire des Découvreurs (CSDD) célèbre ses 30 ans d’existence. Les principaux acteurs du tout début et ceux d’aujourd’hui se rappellent les grands moments ainsi que ceux encore à venir.

Sylvain Blanchette et Pierre R. Tremblay ont vécu les premiers balbutiements de la nouvelle Commission scolaire des Découvreurs, nouvellement formée à la suite de fusions. «À cette époque-là, il fallait se réorganiser. La CSDD fut l’une des dernières commissions scolaires à être formée. Nous devions alors composer avec de l’urbain et du rural. On a aussi fusionné et construit beaucoup d’écoles», se rappelle celui qui a été le premier directeur général de la nouvelle commission scolaire.

Selon lui, les défis étaient nombreux à l’époque, dont le mélange des jeunes francophones et anglophones, le secteur accueillant des membres des deux langues. «Ça a beaucoup dérangé à l’époque. Même notre centre administratif accueillait des élèves anglophones. Le défi était principalement au niveau de l’administration (chaque langue ayant ses propres administrateurs).»

Pour M. Tremblay, ancien directeur général adjoint et secrétaire général, l’une des importantes batailles du temps a été contre l’éducation au privé. «Nous devions vraiment travailler à la rétention des jeunes dans le système public.»

C’est à ce moment que le Programme d’éducation internationale (PEI) a fait une entrée qui s’est avérée être une bonne solution à ce problème. «Quand on a ouvert le PEI à Rochebelle, ça a fermé quelques écoles privées. Nous avons été la première commission scolaire à se faire un PEI. On trouvait que c’était une façon d’offrir ce que la clientèle demandait, c’est-à-dire « autre chose »», ajoute Sylvain Blanchette.

30 ans plus tard

Aujourd’hui, bien que les défis aient un peu changé, ils n’en demeurent pas moins présents. «Le principal défi est celui de la continuité. En ce moment, nous sommes à la dynamisation du secteur régulier que nous ne voulons pas ghettoïser. On veut lui donner une couleur particulière avec des projets», explique Christian Pleau, directeur général de la CSDD depuis janvier dernier.

Président de la commission scolaire depuis 2009, Alain Fortier souhaite que la volonté des gens de faire partie des Découvreurs soit encore plus forte qu’elle ne l’est déjà. «On veut donner le goût à tout le monde de venir aux Découvreurs, qu’on ne dise pas qu’on s’en va à l’école Saint-Louis-de-France, mais aux Découvreurs. J’aimerais aussi beaucoup que nos équipes sportives s’appellent par exemple les Découvreurs de l’école Saint-Yves.»

L’adaptation sera aussi l’un des défis des prochaines années, puisque la population commence à bouger peu à peu. «Nos efforts s’en vont encore vers l’ouest de la ville. Nous devrons suivre la démographie», affirme le président.

«L’immigration fait bien entendu partie de notre réalité. Le taux explose, le contexte a changé. Pour nous, la francisation va très bien, on souhaite maintenir notre grand taux de réussite», conclut Christian Pleau.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *