Communaute
20:44 7 juillet 2011 | mise à jour le: 7 juillet 2011 à 20:44 Temps de lecture: 2 minutes

Les Terre-Neuve champions du sauvetage en mer

Une démonstration de sauvetage en mer, effectuée par des chiens de race Terre-Neuve, a été organisée par l’Arrondissement de Sainte-Foy – Sillery. Plusieurs citoyens se sont rendus au parc nautique de Cap-Rouge, par cette belle journée d’été, afin de voir ces bêtes d’environ 150 livres à l’œuvre. Éli, cinq ans, Cali deux ans et Lupin, le bébé de 18 mois, qui malgré sa taille imposante, devrait prendre encore une cinquantaine de livres avant d’atteindre sa taille adulte, ont passé plus d’une heure dans l’eau du fleuve Saint-Laurent pour sauver de fausses victimes de la noyade.

Les Terre-Neuve sont souvent entraînés au sauvetage en mer puisque nager et tirer de lourdes charges est inné pour cette race de chiens. Ils possèdent des pattes palmées ainsi que de puissantes pattes arrière, tout comme les Labrador, ce qui les aide à se propulser dans l’eau. «Tirer une personne, pour eux, ce n’est rien» a mentionné Marie Félix, présidente du Club passion Terre-Neuve de Québec. «En effet, un Terre-Neuve adulte, dont le mâle pèse environ 150 livres et 120 livres pour la femelle, peut tirer un poids de neuf tonnes, soit l’équivalent de 180 personnes qui s’agrippent à une corde» a-t-elle ajouté. Éli, Cali et Lupin peuvent facilement remorquer un petit bateau ou un zodiac, comme ils en ont fait la démonstration à la cinquantaine de citoyens présents sur place.

«Il ne suffit que de quelques mois pour entraîner un chien pour le sauvetage en mer, si l’entraînement est effectué sur une base régulière. Ici au Québec, c’est toujours à recommencer chaque été pour leur remettre en tête les techniques enseignées» souligne Pascale Perron, maître-chien et spécialiste en comportement canin.

Lorsque l’animal sauve une personne en mer, la technique pour se tenir et se faire tirer par lui est bien simple. Il ne suffit que de s’agripper au poil de ses hanches et de sa croupe, comme l’ont démontré mesdames Perron et Félix. Une des fausses victimes de noyade, Geneviève, du parc nautique Cap-Rouge, a exprimé que «ça n’a pas l’air de lui faire mal de le tenir par le poil».

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *