Communaute
18:57 19 mars 2007 | mise à jour le: 19 mars 2007 à 18:57 temps de lecture: 5 minutes

Cinq candidats s’affrontent dans Louis-Hébert

Les élections sont déclenchées et les différents partis parcourent déjà le territoire pour convaincre les citoyens. Cette semaine, L’APPEL se penche sur la circonscription de Louis-Hébert.

Sam Hamad, Parti Libéral du Québec

Ingénieur de formation, Sam Hamad est le député sortant de Louis-Hébert. Durant son mandat, il a été ministre des Ressources naturelles, de la Faune et des Parcs et responsable de la Capitale-Nationale.

M. Hamad propose la continuité dans Louis-Hébert. «Je m’engage à venir en aide aux communautés, à supporter l’Hôpital Laval et son centre de recherche.» Un mur anti-bruit dans le secteur Champigny et le long de Duplessis sont aussi au programme. «De plus, je m’engage à développer un lien cycliste et piéton entre la plage Jacques-Cartier et la promenade Samuel-de-Champlain.»

M. Hamad fait également valoir ses réalisations. «Ce sont 220M $ qui ont été investis dans ma circonscription,» rappelle-t-il. Soutien à l’Hôpital Laval, construction d’un nouveau CHSLD, plus de 10M $ en soutien aux 6300 familles du comté, rénovation des cours d’école et nouveaux terrains de soccer. Il souligne que l’une de ses plus grandes fiertés sont les fouilles archéologiques qui ont permis de découvrir le premier établissement de Jacques Cartier. «Malgré la maladie, j’ai bien servi mes citoyens pendant ces quatre années», affirme celui qui sollicite de nouveau leur confiance.

André Joli-Cœur, Parti Québécois

Avocat bien connu dans la région, André Joli-Cœur a fondé le cabinet Joli-Cœur Lacasse Goeffrion Jetté St-Pierre, l’un des plus importants cabinets au Québec. En 1998, il a défendu la thèse souverainiste devant la Cour suprême, dans le cadre du renvoi sur la sécession du Québec.

Me Joli-Cœur s’engage à privilégier l’éducation à tous les niveaux. «Nous devons en favoriser l’accès afin de développer notre économie du savoir.» Dans la même veine, il supportera le développement d’un centre de recherche d’envergure internationale à l’Hôpital Laval. «Il s’agit d’un fleuron exceptionnel. Je mettrai tout mon poids de député pour que les investissements soient à la hauteur de la tâche», affirme-t-il.

Le maintien à domicile et le soutien aux proches aidant font aussi partie de ses priorités. «C’est ce que les aînés désirent et c’est ce qui coûte le moins cher», soutient Me Joli-Cœur. Finalement, il veut favoriser l’accès au fleuve, faire reconnaître prioritaire le bassin versant de la Cap-Rouge, redonner aux travailleurs de l’État leur fierté de fonctionnaire, le tout en accord avec son engagement envers «l’indépendance de notre pays.»

André Larocque, Parti vert

André Larocque possède une formation en science politique. Il est professeur à l’École nationale d’administration publique (ÉNAP) et a été sous-ministre à la réforme des institutions démocratiques à deux reprises.

Son engagement politique s’articule précisément autour du développement d’une démocratie riche et significative. «Les électeurs sont d’abord et avant tout des citoyens, rappelle-t-il. Ce que je propose aux citoyens de Louis-Hébert, c’est d’entamer une démarche pour démocratiser le système.»

Au menu, des élections à date fixe, «précédées du dépôt, par le Vérificateur général, des états financiers complet du Québec», l’élection du premier ministre au suffrage universel pour briser la dynamique de parti, un scrutin proportionnel et une commission d’enquête publique sur le financement des partis. «On ne demande jamais aux citoyens s’ils sont d’accord avec ces dépenses», ajoute M. Larocque.

Catherine Lebossé, Québec solidaire

Enseignante de formation, Catherine Lebossé travaille comme professionnelle de recherche à l’Université Laval, au Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes. Mère de deux enfants et elle a participé à l’implantation de Québec solidaire dans la région.

Sa plate-forme s’articule autour de trois éléments. D’abord, Catherine Lebossé fait de la lutte à la pauvreté un engagement. «Il y a 15% des familles du comté qui vivent sous le seuil de faible revenu, note-t-elle. Je vais lutter pour davantage de logements sociaux, le salaire minimum à 10$, l’indexation de l’aide sociale et combattre les préjugés.»

Mme Lebossé milite également pour une économie verte. «Je veux favoriser le transport en commun et en particulier le développement du cocktail transport: vélo, marche, covoiturage, etc.» Un Québec riche de sa diversité et plus inclusif fait aussi partie de ses priorités. «L’arabe est la troisième langue la plus parlée dans le comté», souligne la candidate. Finalement, sa campagne laissera quelque chose de tangible par la distribution de sacs écolos.

Jean Nobert, Action démocratique du Québec

Avocat en litige civil et commercial, Jean Nobert possède également une formation en techniques agricole. Il a entre autres été président de la Fédération des producteurs de lait du Québec. Il est l’un des membres fondateur de l’ADQ.

La préoccupation première de Jean Nobert s’il est élu sera d’être à l’écoute des citoyens de Louis-Hébert. «Je m’engage à tenir une assemblée publique annuelle qui sera l’occasion pour tous les citoyens de rencontrer le député et de lui faire part de leurs préoccupations.» Le développement des infrastructures de sport, en collaboration avec les municipalités et les organismes, figure aussi parmi les engagements de M. Nobert.
«Je suis prêt à travailler en étroite collaboration avec les intervenants du milieu dans le dossier du bassin versant de la rivière du Cap-Rouge, ajoute le candidat adéquiste. De plus, j’accorderai tout mon support aux organismes oeuvrant auprès de la population plus âgée.» Il s’attardera aux problèmes d’appauvrissement des aînés, au développement de services de maintien à domicile et d’amélioration des milieux de vie.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *