Communaute
12:20 23 juin 2008 | mise à jour le: 23 juin 2008 à 12:20 temps de lecture: 2 minutes

Un beau geste de solidarité internationale

Interpellés par le sort réservé aux femmes de la République démocratique du Congo, des jeunes membres du comité Amnistie internationale de l’école secondaire De Rochebelle ont décidé d’agir à leur façon en organisant une pétition demandant au gouvernement canadien de prendre clairement position contre les violences sexuelles dont elles sont victimes. Après avoir signé le document, tout comme environ 500 autres personnes, le député fédéral de Louis-Hébert, Luc Harvey, s’est engagé à le déposer à la Chambre des communes.
Épaulés par l’enseignante Marjorie Bérubé, six représentants du comité (Wen Qi, Frédérique Bédard-Daneau, Maxime Tremblay, Amine Loukili, Stéphanie Marceau et Jasmine Sauvé) ont remis la pétition au député, vendredi dernier. Ils en ont profité pour expliquer leur démarche et dresser le portrait plutôt sombre de la situation dans ce pays d’Afrique où de nombreuses femmes sont victimes de viols de la part de soldats corrompus.
«Les violeurs restent souvent impunis, car il est très difficile de retracer ou même de distinguer un groupe de violeurs et encore plus un individu, souligne Stéphanie Marceau. En plus, les femmes ne veulent pas s’embarquer dans une grosse et longue poursuite judiciaire.»
De retour d’une mission parlementaire en Afrique du Sud et au Zimbabwe, Luc Harvey s’est montré très sensible à la démarche des jeunes. «On doit se battre tous les jours pour la démocratie et vous avez tout mon appui pour l’exercice que vous faites aujourd’hui, mentionne-t-il. Je déposerai votre pétition avec grand plaisir.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *