Communaute
17:00 1 mai 2009 | mise à jour le: 1 mai 2009 à 17:00 temps de lecture: 2 minutes

Le Château Bonne Entente écoresponsable

En plus de se qualifier 5 étoiles et 4 diamants, le Château Bonne Entente pourra ajouter le titre «écoresponsable» à sa définition d’établissement hôtelier.

Consultant en développement durable depuis 5 ans, François Thiboutôt collabore avec le Château Bonne Entente dans son virage vert. «On veut faire bientôt la demande pour que l’hôtel obtienne une certification de 4 clés vertes, 5 clés étant la plus haute cote», explique-t-il.

Depuis quelques mois, le Château Bonne Entente propose à sa clientèle quelques produits équitables: des fleurs, du café et des vins provenant du Chili, d’Argentine et d’Afrique de l’Ouest.

Les produits utilisés dans le menu proviennent en majorité du terroir, comme l’île d’Orléans et la région de Portneuf. La proximité réduit le nombre de kilomètres en transport des aliments, et donc moins d’émissions de gaz à effet de serre.

95 tonnes revalorisées

Depuis l’an dernier, l’hôtel procède au tri à la source de ses matières résiduelles pour récupérer les matières recyclables et composter les matières organiques générées par la préparation des repas et les restants de table. Pour le compostage, le Château Bonne Entente fait partie du projet-pilote de la Ville de Québec.

Dans les cuisines, la chef Marie-Chantal Lepage avoue que les employés se sont très bien adaptés. «Ils étaient très réceptifs. Pour le compost, c’est une question de discipline. On remplit ce qui était avant le gros conteneur à déchets par des matières recyclables. C’est tout un changement!»
À la fin de l’année, l’hôtel aura détourné 95 tonnes de matières résiduelles de l’incinérateur municipal et revalorisé 60% des matières résiduelles. «Pour ce qui est des matières résiduelles, j’aimerais qu’on atteigne 80%», avance M. Thiboutôt.

Pour compléter son offre d’hôtel écoresponsable, le Château Bonne Entente propose des forfaits verts pour les colloques, congrès, salons et mariages. «On propose des événements 0 carbone, en incitant les participants à faire du covoiturage et à acheter des crédits compensatoires de carbone pour pallier l’émission de gaz à effet de serre», résume le consultant en développement durable.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *