Communaute
21:04 5 novembre 2010

Nouveau programme en soins infirmiers au Campus Notre-Dame-de-Foy

Le Campus Notre-Dame-de-Foy, à Saint-Augustin-de-Desmaures, accueille depuis le début de l’année scolaire des élèves inscrits au nouveau diplôme d’études collégiales en soins infirmiers. Il est le premier collège privé à le faire. Il offre aussi la possibilité d’accéder plus rapidement à l’obtention du baccalauréat dans la même discipline, par des ententes avec l’Université Laval et l’Université du Québec à Rimouski (UQAR).

«Nous voulons, par ce nouveau programme de formation, contribuer à accroître la main-d’œuvre infirmière dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches ainsi que dans celle de l’Est-du-Québec, a indiqué Lison Chabot, directrice des études au Campus. Ces dernières sont particulièrement touchées par la pénurie de personnel infirmier. Nous souhaitons également, par notre choix de lieux de stages, promouvoir la pratique dans des établissements en périphérie des grands centres et dans des secteurs doublement touchés par la pénurie, notamment les soins aux personnes vulnérables.»

Un des avantages d’opter pour le Campus Notre-Dame-de-Foy (CNDF) est qu’il offre déjà des cours d’ambulanciers, de soins en urgence et de techniques policières. Il sera ainsi possible de reproduire des situations fréquentes dans la réalité, incluant les rapports entre les différents intervenants de la santé, en cas d’urgence, par exemple.

Le campus offre aussi des conférences-midi et des rencontres avec des professionnels d’hôpitaux situés en région.

Présent lors du lancement officiel du programme, le député de La Peltrie, Éric Caire, a encouragé les élèves et leur à souligner à quel point ils seront importants dans leur milieu de travail, en tant que professionnels de la santé.

Pour Guillaume Ouellet, élève qui fait partie de la première cohorte d’une vingtaine d’élèves, le choix de CNDF s’imposait. «Dans les cégeps publics, je trouvais qu’il y avait trop de monde. Ici, on a un meilleur encadrement. C’est reconnu pour être une bonne école», a indiqué celui qui hésite encore à savoir s’il continuera ou non ses études à l’université après avoir obtenu son DEC.

L’entente avec les universités fait en sorte que le Bac ne prend ensuite que deux ans à obtenir. «Dans les deux cas, on est presque assuré d’avoir une bonne carrière», de se montrer confiant l’apprenti infirmier.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *