Communaute
21:13 6 mai 2015 | mise à jour le: 6 mai 2015 à 21:13 temps de lecture: 3 minutes

Une patiente impliquée pour la recherche en neurochirurgie

DÉFI.Une patiente de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus atteinte d’une forme agressive du cancer du cerveau, Isabelle Gignac, a réussi un tour de force en recrutant sept équipes de dix personnes à elle seule pour participer au défi Kilimandjaro à Québec dans le but d’amasser des fonds pour la recherche en neurochirurgie au CHU de Québec.

La résidente de L’Ancienne-Lorette et son entourage participent pour la quatrième fois au défi lancé par le neurochirurgien et porte-parole du défi, Dr Michel Prud’homme. Depuis le début de ses traitements en septembre 2011, la jeune femme s’est impliquée dans cette cause qui lui tenait à cœur. Grâce au bouche-à-oreille, famille et amis se sont joints à son projet depuis les dernières années.

L’ancienne enseignante du Collège des Compagnons à Sainte-Foy a réussi à recruter ses collègues pour participer au défi. «J’ai même une ancienne étudiante à moi qui a décidé de s’impliquer cette année», a rapporté fièrement la jeune femme. Son entourage y est allé d’une même voix pour dire que la jeune femme a l’esprit rassembleur.

Isabelle Gignac a été une des premières patientes de la neuro-oncologue et neurochirurgienne, Dr Karine Michaud à être traitée par un médicament issu de la recherche, l’Avastin. D’abord utilisé pour le cancer colorectal, ce médicament est maintenant reconnu pour traiter une forme spécifique du cancer du cerveau dont souffre Isabelle Gignac. «Les résultats du traitement d’Isabelle montrent les impacts directs des dons dans le financement de la recherche», a relaté la docteure.

Inspiration international

L’idée d’un défi sportif pour amasser des fonds pour la recherche a germé dans l’esprit du Dr Prud’homme et ses collègues depuis ses premiers temps à l’hôpital. «En 2005, on n’avait aucune subvention pour la recherche, a-t-il raconté. On voulait commencer à bâtir un lien entre les traitements en clinique et la recherche.» Dès lors, un défi à teneur sportif devenait une évidence pour financer la recherche à l’hôpital. «Le sport, c’est aussi la santé, a expliqué le docteur. On avait besoin d’un projet qui nécessitait le moins de dépenses possible et qui apportait le plus d’argent pour la recherche.»

En s’inspirant des défis sportifs outremer, le site des chutes Montmorency s’est avéré être le lieu idéal pour réaliser le projet. Durant le défi, chaque équipe doit franchir 60 fois les 487 marches du site, l’équivalent du mont Kilimandjaro, en se partageant les montées. Les participants doivent aussi s’engager à ramasser 1500$ de dons pour la recherche en neurochirurgie. Cette année, le défi a lieu le 30 mai sur le site des chutes Montmorency.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *