Communaute
17:31 1 octobre 2015 | mise à jour le: 1 octobre 2015 à 17:31 temps de lecture: 4 minutes

Quand la connexion fait défaut

MIEUX-ÊTRE. À l’heure où les technologies permettent d’être connecté à tout, à tous, en toutes circonstances, Stéphane Boucher invite à décrocher pour «se reconnecter sur soi-même». L’ancien ingénieur physicien de Sainte-Foy en fait l’objet d’une conférence au concept inusité, où neurosciences et chant viendront nourrir un message porté sur le mieux-être.

Stéphane Boucher part du constat que «dans notre société moderne, un grand nombre de personnes ne sont pas connectées avec qui elles sont véritablement et ressentent un vide intérieur». Pour avoir lui-même éprouvé ce manque aujourd’hui comblé, il souhaite «soutenir les gens qui cheminent personnellement dans leur quête d’authenticité en les aidant à mieux se centrer sur eux-mêmes et à suivre « leur propre courant »».

De là est née la conférence «À l’orée d’une meilleure vie… neurosciences à l’appui», qu’il donnera pour la première fois à la Scène Lebourgneuf, le 22 octobre. D’une part, Stéphane Boucher s’appuie sur les neurosciences pour, entre autres, aborder la question des besoins vitaux du cerveau dont, en tête de liste, l’amour; une meilleure compréhension de ces besoins permet de mieux y répondre et, partant, d’atteindre un mieux-être. «J’utilise les neurosciences pour que les gens disent que c’est vrai ce que je dis – et c’est vrai ce que je dis!» soutient le vulgarisateur scientifique en riant. Un rire qui teintera aussi la conférence, pour laquelle il ménage quelques «surprises humoristiques».

D’autre part, les neurosciences interviennent dans le concept même de l’événement qui, en intégrant le chant, cherche à offrir une expérience multisensorielle aux spectateurs, dont l’empreinte serait plus durable selon les recherches menées. «Ce n’est pas juste un spectacle et c’est fini. […] Les gens vont vivre quelque chose qui perdure, parce que ç’aura été de l’ordre du senti», fait valoir Stéphane Boucher, qui espère ainsi que les participants poursuivront cette démarche d’authenticité après la tombée du rideau.

Exemple vivant

Stéphane Boucher s’appuie par ailleurs sur sa propre expérience pour parler des bienfaits d’une vie recentrée sur ses ressources intérieures. Ingénieur de réseaux informatiques pour de grandes compagnies, il a goûté sans réserve à la société de consommation. Pour s’apercevoir, éventuellement, de la futilité d’une telle existence qu’il découvrait insatisfaisante.

Parallèlement à cette quête de sens, son intérêt pour les réseaux informatiques le conduit à s’ouvrir aux réseaux neuronaux, puis aux neurosciences. Lectures et formation l’amènent, en 2009, à créer l’Institut des neurosciences appliquées du Québec (INAQ), avec le désir de communiquer le fruit de ses recherches et de ses convictions. «Mon but ultime, c’est que les gens prennent conscience de ce qu’ils sont et que le bonheur est accessible», formule Stéphane Boucher, qui peut compter sur la collaboration de quelques docteurs en neurosciences, neurobiologie et neuropsychologie.

Avec cette idée en tête, le vulgarisateur scientifique travaille à mettre en place différents programmes pour «rejoindre le plus de monde possible». Conférences, séminaires, ateliers, coaching, services personnalisés…: autant de moyens que Stéphane Boucher envisage pour «être utile à la société avec ce [qu’il a] à apporter». Son bien-être, c’est notamment là qu’il le trouve désormais.

En bref

Quoi: Conférence-chant «À l’orée d’une meilleure vie… neurosciences à l’appui»

Quand: 22 octobre, 19h30

Où: Scène Lebourgneuf (815, boulevard Lebourgneuf, suite 200)

Pourquoi: Pour soutenir les gens qui cheminent dans leur quête d’authenticité; la moitié des profits seront remis à la Maison de Marthe

Billets: www.eventbrite.ca/e/a-loree-dune-meilleure-vie-tickets-17795227003

Pour plus d’info: facebook.com/conferencierchanteur ou www.inaq.org

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *