Communaute
14:00 13 mai 2013 | mise à jour le: 13 mai 2013 à 14:00 temps de lecture: 3 minutes

Une maison parée aux intempéries

Non, il ne s’agit pas d’un bunker. Ni d’une résidence en béton armé. Mais simplement une maison de l’arrondissement Sainte-Foy – Sillery – Cap-Rouge sur laquelle une série de mesures ont été prises pour qu’elle soit le mieux parée possible lorsque la prochaine catastrophe naturelle surviendra.

«Les catastrophes naturelles ne sont pas une fatalité en soi. On peut à tout le moins réduire le niveau de dégâts potentiels», estime Jocelyn Laflamme, directeur principal – tarification chez Desjardins Assurances.

Le groupe financier coopératif s’est associé à l’Institut de prévention des sinistres catastrophiques (IPSC, http://www.iclr.org) dans le cadre de la Semaine de la prévention de la sécurité civile pour choisir une maison modèle qui bénéficierait d’un ensemble de mesures venant accroître sa sécurité en cas de catastrophe naturelle.

Près de 30 000$ de mesures

Deux mesures extérieures composent presque la totalité de la facture: les câbles chauffants sur la toiture (empêche la formation de glace qui bloquerait la gouttière) et une génératrice de grande capacité pouvant alimenter pendant plusieurs jours une famille en électricité.

«L’installation est d’environ 12 000$. Il a fallu aménager une tranchée pour permettre de relier le propane vers la génératrice. À l’intérieur, une installation électrique près de la boîte électrique vient compléter la génératrice extérieure et identifie les appareils essentiels pour la survie, en cas de panne de courant», explique M. Laflamme.

Selon lui, il est préférable d’investir dans des boyaux en acier inoxydable que des boyaux en plastique pour la laveuse, car ces premiers sont plus durables et n’auront pas tendance à casser après quelques années.

Au palier où est situé le chauffe-eau, celui-ci a été attaché par une sangle retenue au mur. «De cette manière, on va éviter qu’il bascule et crée des dommages plus importants. Le Québec est la deuxième province la plus à risque de tremblements de terre, après la Colombie-Britannique», souligne le directeur principal – tarification chez Desjardins.

L’ensemble des mesures sur cette maison située sur la rue De Lamennais s’élèvent à environ 30 000$. «La majorité des mesures sur la maison sont toutefois à faible coût. Ça vaut la peine d’évaluer chaque pièce de la maison et de mettre de nouvelles mesures en place, si petites soient-elles», conclut-il.

Groupe Québec Hebdo.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *