Communaute
19:02 4 février 2013 | mise à jour le: 4 février 2013 à 19:02 temps de lecture: 2 minutes

Des élèves de Saint-Édouard à l’Université Laval

Les élèves de l’école primaire Saint-Édouard de Beauport sont venus sensibiliser, lundi, les universitaires du pavillon Charles De-Koninck sur la gestion des matières résiduelles.

Dans le cadre de La grande exposition – Les idées ALLANT vert, en collaboration avec Québec’ERE, les jeunes participants de 6e année ont démontré à plusieurs kiosques les mille et une façons de traiter les matières résiduelles.

Éloïse et Anabelle ont tenu le kiosque sur le papier et le carton. «Il peut y avoir parfois de cinq à six étapes avant que le papier ou le carton se transforme en un nouveau produit; le désencrage en fait souvent partie», a expliqué Éloïse. «Par exemple, des feuilles blanches peuvent être transformé en papier mouchoir ou en papier essuie-tout», a cité Anabelle.

De leur côté, Laura et Florence ont eu pour défi d’informer les universitaires sur leur kiosque traitant des minéraux et du bois sous toutes ses formes. «On a une roche contenant des métaux qu’on peut extraire, qu’on retrouve dans les mines à ciel ouvert. On a aussi des pots d’écorce, de copeaux et de brans de scie, qu’on peut retrouver notamment dans les cages à hamster», a expliqué Florence.

«C’est une belle expérience pour les enfants de venir parler à des universitaires. Ils ont déjà été sensibilisés par Québec’ERE, qui est venu à plusieurs reprises à l’école, où l’on fait maintenant du lombricompostage», a exprimé Lyne Ouellet, enseignante en sciences de 4e à 6e année à l’école Saint-Édouard.

Équipe verte

Marie-Pierre Dionne, animatrice à Québec’ERE, a souligné la collaboration entre l’école Saint-Édouard et l’équipe verte de l’Université Laval, sous la supervision de Guylaine Bernard.

Étienne Ferron-Forget, membre de l’équipe verte, a souligné l’importance de sensibiliser la communauté universitaire à se familiariser au tri. «On veut s’assurer que les gens le font correctement, mais on veut aussi les inciter à faire du compost, qui se fait en grande quantité en collaboration avec la Ville de Québec», a-t-il détaillé.

Soulignons que l’Université Laval réalise depuis 2006 du compost.

Groupe Québec Hebdo.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *