Société
22:10 29 août 2017 | mise à jour le: 29 août 2017 à 22:10 Temps de lecture: 3 minutes

Craintes entourant le déménagement des Coffres de M. Vincent

ENTRAIDE. La possibilité de devoir déménager son point de chute et friperie du Centre de loisirs Pie XII fait craindre le pire pour les administrateurs de la Société Saint-Vincent-de-Paul (SSVP), section Saint-Benoît-Abbé. Ils estiment qu’une telle éventualité mettrait en péril l’ensemble de leurs opérations de lutte à la pauvreté.

Des rumeurs de démolition du Centre de loisirs Pie XII font craindre le pire pour l’entraide locale.

(Photo TC Media – François Cattapan)

Président de la SSVP active dans le secteur Pointe-Sainte-Foy, Raymond Lévesque s’est inquiété de la situation devant l’assemblée du conseil d’arrondissement. Il dit redouter les rumeurs entendues évoquant la démolition éventuelle du Centre de loisirs Pie XII, où son organisme dispose de locaux depuis de nombreuses années. Rappelant au passage que l’ancienne petite école avait été cédée à la Ville par la Commission scolaire, à la condition qu’elle serve à des fins communautaires.

Les dons de vêtements et de menus articles aux Coffres de M. Vincent servent à financer les opérations de la SSVP Saint-Benoît-Abbé.

(Photo TC Media – François Cattapan)

«Nous, on préférerait pouvoir rester dans nos locaux actuels. Nos donateurs sont habitués de s’y rendre pour déposer vêtements et menus objets. Surtout, l’endroit est facile d’accès pour nos bénévoles et nos bénéficiaires démunis qui résident majoritairement à proximité du 909 Pie XII. Nous envoyer ailleurs, dans un endroit isolé comme à l’école Saint-Exupéry sur la rue Valentin, ce n’est pas souhaitable», insiste M. Lévesque.

Se voulant rassurant, le président de l’arrondissement Sainte-Foy/Sillery/Cap-Rouge, Rémi Normand, a indiqué que le sujet faisait l’objet de discussions. «Rien n’est encore décidé, affirme-t-il. Néanmoins, il y a des considérations à tenir compte en matière de prestation de services à la population, dans un contexte de manque d’espace. Toutefois, soyez assuré qu’il n’est pas question de laisser tomber votre organisme.»

Source de financement

Revenant à la charge lors d’une seconde intervention, Raymond Lévesque a demandé à M. Normand de venir visiter les bénévoles à l’œuvre au sous-sol du Centre de loisirs Pie XII. Baptisé les Coffres de M. Vincent, l’endroit se veut un véritable magasin aux mille trouvailles pour la clientèle moins nantie du secteur.

«Nous y récoltons des vêtements, mais aussi divers accessoires pratiques pour le foyer. Revendus à prix modiques, ces articles qui nous sont donnés en grande quantité permettent de financer notre œuvre principale qu’est le comptoir alimentaire au sous-sol de l’église Saint-Benoît-Abbé. L’an dernier, c’est plus de 140 000$ que nous avons amassés pour nourrir les plus démunis. Nous couper cet apport équivaudrait à signer notre arrêt de mort», s’émeut M. Lévesque en sollicitant la compassion de la Ville.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *