Société
19:05 12 octobre 2017 | mise à jour le: 12 octobre 2017 à 19:05 temps de lecture: 3 minutes

Une station agronomique à la fine pointe de la technologie

AGRICULTURE. Fraîchement inaugurée après d’importantes mises aux normes, la nouvelle Station agronomique de l’Université Laval à Saint-Augustin permet aux chercheurs de bénéficier d’installations haut de gamme. Cet environnement moderne sera propice à l’analyse et au développement de techniques de culture optimales pour l’avenir.

La mise aux normes des installations permet de redonner à la Station agronomique sa vocation de ferme expérimentale.

(Photo TC Media – François Cattapan)

Un des nouveaux bâtiments sert d’entrepôt pour la machinerie sophistiquée.

(Photo TC Media – François Cattapan)

Les nouvelles infrastructures ont bénéficié d’un investissement fédéral de 4,7M$. Elles favoriseront la collaboration dans un esprit de multidisciplinarité entre Agriculture Canada et l’Université Laval. D’une superficie de 280 hectares, cette ferme est un véritable laboratoire de recherche en agronomie, notamment en matière de gestion des sols, d’agroenvironnement et de grandes cultures.

«Financé par le gouvernement fédéral, ce projet s’inscrit dans une collaboration de longue date entre Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) et notre campus. Depuis de nombreuses années, les deux organisations mènent des projets de recherche conjoints et codirigent des étudiants des cycles supérieurs», a précisé le doyen de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, Jean-Claude Dufour, lors de la visite média.

Les laboratoires partagés serviront à l’analyse d’échantillons de semence, pour optimiser l’exploitation des sols.

(Photo TC Media – François Cattapan)

Amorcés en août 2016, les travaux se sont achevés à l’été 2017. Les nouvelles installations implantées sur le site de la ferme expérimentale de l’Université Laval comprennent trois bâtiments. Il s’agit d’un bâtiment principal multifonctionnel partagé par les deux institutions (bureaux, laboratoires, etc.), d’un second bâtiment abritant un atelier mécanique et un entrepôt à pesticides, de même que d’un entrepôt de type MegaDome destiné à la machinerie.

Objectif double

Le projet remplit un double objectif. D’une part, redonner ses lettres de noblesse à la ferme universitaire et, d’autre part, relocaliser l’équipe régionale ACC active jusqu’à tout récemment à la ferme Chapais à Lévis. Sa concrétisation permettra à la Faculté de renforcer sa vocation de formation et favorisera la création d’un pôle canadien de recherche en agriculture. De plus, le caractère unique de ce lieu d’enseignement contribuera à attirer de nouveaux talents, étudiants et chercheurs, et à former une relève expérimentée.

Une chercheuse prend des prélèvements en champ pour mesurer les traces d’azote laissées par l’épandage de fumier.

(Photo TC Media – François Cattapan)

«Grâce à ses infrastructures de recherche de pointe, la science menée à la Station agronomique de Saint-Augustin aidera les agriculteurs à accroître leur rendement, à nourrir une population croissante, à protéger l’environnement et à lutter contre les changements climatiques», souligne Jean-Claude Poissant, secrétaire parlementaire du ministre fédéral de l’Agriculture. Il voit aussi d’un bon œil cette ouverture sur une plus grande proximité entre les chercheurs des deux institutions et les étudiants.

Quelques chiffres

1963 – année de fondation de la Station agronomique à Saint-Augustin

280 – superficie en hectares de la ferme expérimentale

4,7M$ – coût de mise aux normes des installations

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *