Société
20:20 20 février 2015 | mise à jour le: 20 février 2015 à 20:20 Temps de lecture: 3 minutes

Site patrimonial de Sillery: la Ville va de l’avant avec le processus de consultation

URBANISME. Au lendemain d’une présentation de projet de développement touristique par Héritage Québec et la Société d’histoire de Sillery pour garder intact le site patrimonial de Sillery, la Ville de Québec annonce qu’elle enclenche le processus menant au programme particulier d’urbanisme (PPU) dudit site historique. Dès le printemps, elle lancera les démarches de consultation publique pour, notamment, permettre le développement résidentiel dans certaines zones.

«Le ministère de la Culture et des Communications se réjouit de l’initiative de la Ville de Québec», peut-on lire dans la lettre qu’adresse le ministère à l’administration municipale après avoir pris connaissance du PPU. On y confirme que celui-ci est «en accord avec les orientations du plan de conservation du site patrimonial de Sillery». Par la même occasion, on précise que le ministère autorise le projet du Domaine Sous-les-Bois qui, rappelons-le, occupera une partie des terrains du Collège Jésus-Marie et du Domaine Benmore.

La nouvelle a eu l’effet d’un feu vert pour le maire Régis Labeaume. «Cette acceptation était attendue, a-t-il réagi en conférence de presse. Depuis plus de 10 ans, le patrimoine architectural et paysager [du site patrimonial de Sillery] est délaissé et se dégrade à vue d’œil. Il est impératif que la Ville intervienne rapidement afin de redonner ce secteur à la population», a-t-il signalé avant de donner la parole à Julie Lemieux.

«Dans le contexte où plusieurs propriétés religieuses sont appelées à changer de vocation, nous pourrons planifier à l’aide de ce programme particulier d’urbanisme la vision d’avenir et les grandes orientations d’aménagement que nous entendons donner à ce secteur», a renchéri la vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et de l’aménagement du territoire.

Rentabiliser les travaux de revitalisation

L’élue parle d’un «développement en douceur et harmonieux avec le secteur» qui passera notamment par la revitalisation des propriétés conventuelles désertées qui ont une valeur patrimoniale. De Sainte-Jeanne-d’Arc, notamment, elle dira qu’il s’agit d’un «bâtiment qui peut facilement être recyclé, mais qui va demander beaucoup d’investissements par contre. C’est ça l’enjeu: ce sont des bâtiments qui demandent énormément d’investissements et pour rentabiliser l’investissement qu’on y fait, il faut qu’on permette un peu de développement alentour parce que personne ne va pouvoir s’y intéresser.»

Elle s’est refusée pour l’heure de dévoiler le nombre d’unités envisagé, mais il serait question d’une variété de types: condos, logements locatifs, plex… Les plans du PPU prévoient également l’aménagement d’un parc public en bordure de la falaise.

Opposants

Aux citoyens qui les accuseront de ne pas préserver le site patrimonial de Sillery dans son intégralité, le maire Labeaume répond qu’en 10 ans de discussions sur le sujet, ils n’ont soumis aucun projet concret avec le financement nécessaire. «Le problème, c’est que, pendant ce temps-là, il arrive exactement ce qu’ils veulent éviter: les édifices se dégradent. Ils veulent sauver le patrimoine, mais l’immobilisme qu’ils imposent dans le dossier fait que le patrimoine se dégrade et on va tout perdre.»

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *