Société
12:55 12 avril 2015 | mise à jour le: 12 avril 2015 à 12:55 temps de lecture: 3 minutes

Restauration d’un tributaire de la rivière du Cap Rouge

ENVIRONNEMENT. Malgré les compressions budgétaires qu’il subit, comme tout bon organisme, le Conseil de bassin de la rivière du Cap Rouge (CBRCR) recevra cette année un budget d’environ 200 000$. C’est près de 20 000$ de moins que dans le budget de l’année précédente.

«On entre dans une période de restriction budgétaire. La recherche de soutien financier sera plus difficile. Mais on vient de signer une entente sur trois ans avec la Ville de Québec», souligne Normand Villeneuve, président du conseil d’administration du conseil de bassin de la rivière du Cap Rouge.

Malgré un budget plus restreint, l’organisme continue son travail de renaturalisation de la rivière du Cap Rouge. Outre les 8 kilomètres de sentiers balisés longeant le cours d’eau, entretenus chaque année, l’aménagement d’un ruisseau se jetant dans la rivière du Cap Rouge sera le nouveau projet du CBRCR.

«Pour l’instant, on est à l’étape de l’ingénierie, des plans et devis. D’ici 2017, 2018, on veut avoir terminé l’aménagement récréatif de ce tributaire de la rivière du Cap Rouge, à la hauteur du parc industriel François-Leclerc», précise le président de l’organisme.

Plan d’action 2015

Dans son plan d’action 2015, l’organisme carougeois a ciblé six objectifs, notamment de faire connaître sa mission et ses orientations, d’acquérir de l’information et de collaborer à l’élaboration du Plan directeur de l’eau (PDE) du bassin versant par l’OBV (organisme des bassins versants) de la Capitale.

Qualité de l’eau

Depuis 10 ans, l’organisme effectue à plusieurs reprises, chaque année, des prélèvements dans la rivière du Cap Rouge, afin de vérifier la qualité de l’eau. Dans ce milieu urbain mixte (agriculteurs et résidents), le système des eaux usées nécessite une mise à jour.

«À certaines intersections des tuyaux, où le système est vieux, on observe un croisement des eaux sanitaires et des eaux fluviales. On veut corriger les erreurs du passé en faisant construire un bassin de rétention», a mentionné M. Villeneuve.

Lors de l’assemblée générale annuelle, tenue récemment, les membres du conseil d’administration ont été élus. Outre M. Villeneuve à la présidence, voici les autres membres: Alain Schreiber (vice-président), André P. Demers (secrétaire) et Monique Béland (trésorière).

Quelques objectifs du Conseil

– Élaboration d’une étude de faisabilité sur la restauration d’un tributaire du parc industriel François-Leclerc

– Collaborer au contrôle des espèces exotiques envahissantes (ex. berce du Caucase).

– Sensibiliser les entreprises du bassin versant.

– Inciter les citoyens du bassin versant à appliquer de saines pratiques en bande riveraine et dans la gestion des eaux de pluie.

– Mobiliser les producteurs agricoles à adopter de saines pratiques à l’égard des cours d’eau sur leur propriété.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *