Société
14:59 11 août 2013 | mise à jour le: 11 août 2013 à 14:59 Temps de lecture: 3 minutes

Garder la foi pour surmonter l’intimidation

Jeune résidente de Sainte-Foy, Nadia Laliberté a participé pour la sixième fois aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), qui se déroulaient cette année à Rio de Janeiro, au Brésil. Pour la première fois, le nouveau pape François a officié l’événement qui a rassemblé des centaines de milliers de jeunes pendant la vigile et la prière.

La participante de 39 ans admet qu’elle n’a plus l’âge officiel des participants (18-35 ans), mais que ces rencontres lui permettent de se ressourcer et de vivre l’amour de Dieu témoigné au sein des croyants, en plus de partager sa foi. Cette foi, ancrée profondément dans sa vie, lui a notamment permis de surmonter l’intimidation qu’elle a subie, alors qu’elle était plus jeune.

«Oui, Dieu m’a vraiment aidée à surmonter des situations difficiles et les remarques méchantes que certains gens avaient à mon égard. Au fond, ces gens pouvaient être blessés au fond d’eux-mêmes, alors je me suis mis à prier pour leur bonheur et leur joie.»

Nadia Laliberté a la ferme assurance que le Seigneur ne la délaissera pas. «La foi en Dieu m’aide, mais aussi les autres croyants. Ils m’acceptent telle que je suis, je n’ai pas besoin de me déguiser en clown. J’ai appris, avec le temps, à m’affirmer et me défendre, sans nécessairement blesser l’autre», ajoute-t-elle.

Pièce de théâtre

Celle qui assiste à la messe des jeunes à Saint-Thomas-d’Aquin a pour projet de monter une pièce de théâtre avec un groupe d’adolescents, afin de les sensibiliser à la non-violence et freiner l’intimidation à l’école ou au travail. La résidente de Sainte-Foy espère réaliser ce projet à l’automne 2013 ou pendant l’année 2014.

«J’ai déjà accompli un tel projet et je souhaite le renouveler. De plus, je prévois aussi filmer la pièce et l’intégrer dans un site web», a-t-elle précisé.

Quant aux prochaines Journées mondiales de la jeunesse, qui se dérouleront à Cracovie, en Pologne, Nadia Laliberté compte bien s’y rendre. «J’ai un ami polonais. Je vais prendre les prochaines années pour apprendre le polonais d’ici 2016», conclut celle qui parle déjà le français, l’anglais, le portugais, l’italien et l’espagnol.

Groupe Québec Hebdo.

Nadia Laliberté se ressource dans la foi qu’elle a en Dieu pour surmonter les épreuves de la vie, comme l’intimidation qu’elle a subie alors qu’elle était plus jeune. (Photo Véronique Demers)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *