Économie
16:00 20 décembre 2012 | mise à jour le: 20 décembre 2012 à 16:00 temps de lecture: 4 minutes

Le Groupe Athos acquiert Lépine Cloutier et Urgel Bourgie

Déjà propriétaire du Complexe funéraire de La Cité, le Groupe Athos de Québec poursuit son développement en se portant acquéreur de Services commémoratifs Célébris et de ses deux maisons funéraires de prestige, Lépine Cloutier à Québec et Urgel Bourgie à Montréal.

Le président-directeur général, Michel Boutin, en a fait l’annonce, ce matin, à la Maison Gomin, siège social du groupe. Il a souligné que ces deux maisons funéraires redeviennent ainsi des propriétés québécoises, les actionnaires de Groupe Athos étant tous des gens d’affaires de Québec. Outre M. Boutin, on y retrouve Michel Cadrin, Gratien Dubé, Louis Martin, Mario Bernardo, Réal Bourdeau, Serge Ferland, Denis Martel et Raphaël Soligo. La transaction représente un investissement de plusieurs dizaines de M$, que les partenaires n’ont pas voulu préciser.

«Lors de la création du Groupe Athos, à la fin de 2010, notre groupe d’actionnaires avait réalisé que la très grande majorité des maisons funéraires au Québec ne faisaient partie d’aucun regroupement pour les aider et les soutenir dans leurs opérations et leur gestion quotidiennes. Nous avons donc décidé de répondre à ce besoin en créant une bannière et en prenant diverses mesures pour développer un réseau à la grandeur du Québec», a déclaré M. Boutin en mentionnant que Gilbert & Turgeon, de Lévis, a été la première maison funéraire à joindre le groupement comme membre.

Une notoriété dans leur marché respectif

Les maisons Urgel Bourgie, fondée en 1889, et Lépine Cloutier, fondée en 1845, sont les deux plus prestigieuses entreprises funéraires au Québec au niveau de leur notoriété dans leur marché respectif.

En décembre 1988, Urgel Bourgie, de Montréal, a fait l’acquisition de Lépine Cloutier. En 1996, le Groupe Stewart de Nouvelle-Orléans aux États-Unis a acheté le groupe Urgel Bourgie. Ce passage à des mains étrangères de ces deux institutions enracinées dans la culture populaire québécoise inquiète les principaux acteurs de l’industrie funéraire, alors que les entreprises américaines contrôlent près de 40 % du marché québécois. En 2002, une entreprise canadienne, Services Commémoratifs Célebris, fait l’acquisition des marques de commerce d’Urgel Bourgie et de Lépine Cloutier.

45 % du marché de la région de Québec

Avec l’acquisition de Lépine Cloutier, le Groupe Athos détient maintenant près de 45% de tout le marché de la région de Québec. «Cela signifie que les consommateurs de Québec profiteront désormais d’un plus grand réseau bénéficiant d’un pouvoir d’achat accru. De plus, la mise en commun de nos ressources humaines, matérielles et financières nous permettra d’améliorer et de diversifier une offre de service de très grande qualité», a ajouté M. Boutin.

La transaction avec Célebris étant désormais conclue, le pdg du Groupe Athos s’attaque maintenant à développer son réseau dans les principales villes du Québec. «Plusieurs maisons funéraires ont communiqué avec nous au cours des derniers mois afin de nous faire part de leur intérêt à joindre le regroupement Athos. Le temps est maintenant venu de les rencontrer afin de leur expliquer concrètement les avantages à joindre le regroupement, notamment au niveau du pouvoir d’achat et du partage des ressources.

Pour Michel Boutin et les autres actionnaires, les maisons funéraires qui joindront le Groupe Athos devront toutes avoir comme objectif la valorisation des personnes. Elles devront également partager les valeurs du Groupe, soit honnêteté, intégrité et respect des individus.

Pour réaliser cette transaction majeure, le Groupe Athos a pu compter sur l’implication de solides partenaires financiers. M. Boutin a profité de l’occasion pour remercier tout spécialement les dirigeants de la Banque Nationale du Canada, ceux de Roynat, ainsi que ceux du Fonds de solidarité FTQ.

La Corporation des thanatologues du Québec a pour sa part salué la plus importante transaction de la décennie dans l’industrie funéraire québécoise. Représentant une industrie de 30 M$ répartie dans 280 établissements, le milieu funéraire compte 6 000 employés, autant de professionnels qui conduisent à leur dernier repos plus de 60 000 personnes annuellement. Selon l’Institut de la statistique du Québec, ce nombre pourrait atteindre le cap des 100 000 en 2040.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *