Économie
18:30 26 février 2015 | mise à jour le: 26 février 2015 à 18:30 temps de lecture: 4 minutes

Le Phare : plaidoyer pour une tour plus verte et écolo

CONSTRUCTION. Dans la foulée des réactions et commentaires suscités chez les professionnels du bâtiment autour du projet de gratte-ciel Le Phare, dévoilé par le Groupe Dallaire la semaine dernière, la firme Tergos Architecture et Construction écologique ajoute son grain… de verdure. Celle-ci souhaiterait voir le promoteur de ce projet ambitieux et la ville de Québec profiter de l’occasion pour doter la Capitale d’un projet éconergétique exemplaire.

Selon le groupe Tergos, le projet Le Phare devrait représenter bien plus que la tour canadienne la plus élevée à l’est de Toronto. Il pourrait devenir LA carte d’affaires illustrant le côté visionnaire et ambitieux de Québec.

«En 2015, LEED Or n’est plus une avancée technologique. Il faut pousser l’exercice plus loin puisqu’il s’agit d’une opportunité unique de distinguer Québec. Cela permettrait de valoriser notre expertise en bâtiments verts et intelligents, en plus de nous positionner au zénith des réalisations mondiales mettant en valeur les avantages de la construction durable. Voilà vraiment un moment privilégié pour affirmer notre accent d’Amérique», lance Alejandro Montero, président et fondateur de Tergos.

Il rappelle que parmi les six créneaux d’excellence qu’a ciblés la région de la Capitale pour favoriser son développement, un se trouve justement dédié au bâtiment vert intelligent (BVI). Son objectif consiste notamment à mobiliser les entreprises et intervenants de la région de Québec oeuvrant dans la conception et la construction de bâtiments à faible empreinte écologique et à faible consommation d’énergie.

Loin de vouloir s’élever contre l’idée de ce projet, Tergos estime toutefois que le promoteur du Phare et ses partenaires auraient intérêt à intégrer des stratégies plus audacieuses de construction durable dans la planification et la réalisation de ce vaste chantier. «Tant qu’à investir 600M$, bâtissons un projet réellement significatif. Pourquoi ne pas viser plus haut et faire du Phare la tour la plus écologique en Amérique du Nord? Voyons plus loin qu’un simple exploit en hauteur et hissons-nous au rang des villes qui se démarquent par une véritable vision significative à long terme», poursuit M. Montero.

Tour à énergie positive

Malgré qu’il s’agisse du premier projet de cette importance au Québec, Tergos se dit bien au fait des bénéfices pouvant découler d’une intégration harmonieuse des principaux critères de la construction écologique et bioclimatique au projet Le Phare. «Pour oeuvrer nous-mêmes dans ce secteur d’activités depuis presque 15 ans et pour avoir étudié d’autres chantiers majeurs ailleurs sur la planète, notre expertise nous permet de dire qu’une véritable réflexion s’impose. Cela permettrait également de proposer un projet de tour à énergie positive encore plus rassembleur pour toute la communauté», insiste M. Montero.

L’équipe Tergos voit d’ailleurs ce projet comme une occasion pour promouvoir les avantages et les pratiques (énergies solaire et éolienne, intégration de la végétation, gestion de l’eau, de l’air et des déchets, choix des matériaux, etc.) liées à cette approche écologique qui ne cesse de rallier de nouveaux adeptes en raison notamment du retour sur l’investissement.

«Il faut étudier le projet, mais les possibilités sont nombreuses et, à terme, les retombées assurées. Plus concrètement, nous croyons qu’il est possible de voir Le Phare dépasser l’autosuffisance énergétique et de penser que cet immeuble pourrait générer plus d’énergie qu’il n’en consommerait. Il suffit de profiter d’un ensoleillement optimal et du corridor de vent naturel qui caractérise ce secteur», termine l’architecte dont la firme s’est distinguée dans le cadre des concours d’excellence Cecobois, Nobilis et des Mérites d’architecture de Québec.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *