Économie
14:00 28 février 2014 | mise à jour le: 28 février 2014 à 14:00 temps de lecture: 2 minutes

Vocation résidentielle pour le site du théâtre La Fenière

Le site de l’ancien théâtre d’été La Fenière, à L’Ancienne-Lorette, est sur le point de se convertir à une nouvelle vocation. L’endroit sera toujours habiter, mais d’une nouvelle façon. D’ailleurs, les coups qu’on y entend marteler ne sont plus ceux du bâton sur la scène annonçant le début d’une pièce, mais plutôt ceux des marteaux des ouvriers qui s’affairent à y bâtir des maisons.

Baptisé Place de la Fenière, en mémoire de la vénérable institution qui a animé l’endroit pendant une cinquantaine d’années, le projet résidentiel mixte propose 10 jumelés et 6 maisons détachées. Le promoteur Développements Robko a pris le temps de planifier son projet.

D’abord, il y a eu l’incendie du théâtre en avril 2012, qui a contrecarré les plans de Ralph Koehler et Sylvain Robitaille. Les copropriétaires de Robko, acquéreurs des installations, souhaitaient revendre une partie des équipements du théâtre. L’enquête aura finalement révélé que l’incendie était attribuable à la négligence de squatteurs.

«Par la suite, nous avons mis du temps à négocier avec Hydro-Québec pour revoir l’implantation des infrastructures électriques, afin de préserver le maximum d’arbres matures. Nous avons également redoublé de précautions, question de limiter les irritants pour les voisins immédiats du projet. Bref, ç’a été plus long à orchestrer qu’un autre petit projet du genre, mais ça en valait la peine», explique M. Koehler.

Échéancier et intégration

Débutée l’automne dernier, la construction va bon train. Les 16 habitations sont sur le point d’être érigées d’ici juillet et 12 d’entre elles ont trouvé preneurs. «C’est un beau succès, mais pas une surprise. Il s’agit d’un secteur bien situé au cœur de L’Ancienne-Lorette, une municipalité enclavée où les terrains se font rares», justifie-t-il.

Soucieux de l’intégration urbaine, le promoteur a opté pour une rue en impasse garante de tranquillité. Les bâtiments y sont disposés de façon irrégulière, pour ne pas créer un effet de rangée artificielle. Vendus de 286 350$ à 350 425$, ceux-ci affichent un style contemporain qui amalgame des revêtements de brique, pierre et fibre de bois.

Pour plus d’information : www.robko.ca

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *