Actualités
13:55 16 février 2016 | mise à jour le: 16 février 2016 à 13:55 temps de lecture: 3 minutes

Pas de négociation avec l’agglomération avant l’automne 2017

MUNICIPAL. Le projet d’entente sur le partage des quotes-parts ayant été rejeté par la majorité au conseil municipal de Saint-Augustin, il n’y a pas de nouvelle ronde de négociation avec l’agglomération à l’horizon. Pour au moins les deux prochaines années, la Ville vivra sous l’égide de l’entente actuelle remontant à 2009.

Invité à reprendre le bâton de pèlerin pour relancer les discutions avec le maire de Québec, Régis Labeaume, le maire de Saint-Augustin, Sylvain Juneau a demandé à ses citoyens de cesser de parler d’entente. Celle-ci n’existe plus avec le refus des conseillers municipaux de l’appuyer avant la date limite du 15 février.

«On reste avec l’entente de 2009, que tout le monde juge pourtant désavantageuse. Ceux qui pensent qu’on s’est fait avoir en la signant à l’époque, bien ça va continuer ainsi pour un bout de temps. La possibilité de renégocier avec l’agglomération ne surviendra pas avant novembre 2017, soit après les prochaines élections municipales», soutient le maire Juneau faisant allusion à un éventuel changement de garde au conseil.

La conseillère municipale et principale porte-parole des cinq élus issus de l’administration précédente, France Hamel, réfute les allégations du maire de Saint-Augustin. «Quand on est de bonne foi, il y a toujours une possibilité de renégocier avec Québec. On ne sait pas, la préparation d’un statut particulier accordé à la Capitale par le gouvernement pourrait être une occasion de revoir et améliorer le fonctionnement de l’agglomération», lance-t-elle en rappelant qu’une quote-part surévaluée ne peut servir de point de départ.

Agir en rassembleur

Un des derniers citoyens à s’exprimer lors de la période des questions de l’assistance, Alain Beaurivage a tenté de calmer l’atmosphère tendue qui prévalait dans la salle encore une fois bondée. Il a demandé au maire Juneau de ne pas fermer la porte à la négociation avec Québec. «Vous devez tirer avantage de vos bonnes relations avec le maire Labeaume, dit-il, au bénéfice de Saint-Augustin. Votre devoir est d’agir en rassembleur capable de rallier le conseil à sa cause pour avoir une plus grande force de négociation.»

Nouveau candidat

Exaspéré par l’attitude des élus qui noyautent le conseil municipal depuis des années, le citoyen Raynald Brulotte a dénoncé ce qu’il interprète comme un refus de travailler pour la majorité des citoyens en rejetant l’entente. Il a profité de son passage au micro pour annoncer sa candidature à l’élection partielle de mars, pour combler le poste de conseiller du district Du Lac. «Je ferai contrepoids en appuyant le maire Juneau et promets d’agir en ayant comme priorités la gestion rigoureuse des affaires de la Ville et l’assainissement de nos finances publiques en étant à l’écoute des électeurs.»

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *