Actualités
04:49 27 avril 2016 | mise à jour le: 27 avril 2016 à 04:49 Temps de lecture: 3 minutes

La Maison Wilfrid-Edge n’est plus protégée

MAISON HISTORIQUE. C’est devant une salle bondée que s’est joué le plus récent chapitre du dossier de la Maison Wilfrid-Edge de L’Ancienne-Lorette, destinée à être détruite. Après le vote du conseil, le règlement empêchant la destruction de la maison a été retiré.

Le maire Loranger et ses conseillers ont dû faire face à l’opposition de près d’une centaine de citoyens et du conseiller indépendant Gaétan Pageau durant près de 45 minutes. Ils ont décrié plusieurs problèmes quant à la destruction de la maison centenaire, dont le fait qu’il n’y ait pas eu de consultation publique pour décider de son avenir, qu’il y aurait une perte d’environ 2000$ de taxes par année, que les travaux seront très bruyants et surtout que le secteur était déjà très densifié et passant.

À toutes les solutions proposées par les citoyens, M. Loranger a affirmé qu’il n’était pas en amour avec les blocs appartements, mais que dans tous les cas, pour sauver la Maison, il faudrait que la Ville achète le terrain, et comme il l’a plusieurs fois répété, «il n’en est pas question. Si les gens veulent acheter le terrain et qu’ils le financent sur 25 ans, on va y aller. On se pose actuellement la question quant à savoir si on va garder la Maison de la culture, qui est pas mal mieux que la Maison Wilfrid-Edge, alors on ne va certainement pas en garder une qui est en mauvais état.»

Le maire de L’Ancienne-Lorette a toutefois tenté de rassurer les citoyens qui étaient inquiets de ce qui pourrait être mis à la place de la Maison Wilfrid-Edge. «Le règlement qui permet la démolition de la Maison n’est pas une carte blanche pour le promoteur, il y a des critères. Nous travaillons sur le dossier depuis deux ans, on a pris une décision rationnelle.» Vraisemblablement, comme il a été annoncé lors des derniers conseils municipaux, la maison ancestrale sera remplacée par un immeuble multifamilial de six logements.

À la suite du vote, favorable à quatre contre un, plusieurs citoyens ont quitté la salle du conseil dans la cohue en criant que c’est antidémocratique, que le maire Loranger est un dictateur. «Qu’est-ce que vous faites des citoyens?», a crié une citoyenne en colère.

Triste pour les citoyens

Après la fin de la séance du conseil, le conseiller indépendant Gaétan Pageau s’est dit très peiné pour les citoyens du quartier qui auraient souhaité conserver la Maison Wilfrid-Edge. «Je suis déçu pour les citoyens. Les gens se sont présentés avec des préoccupations et on ne les a pas écoutés. Les dés étaient déjà pipés d’avance. J’avais espoir que le conseil municipal porte une oreille aux citoyens et ce n’est pas arrivé.» Avant le vote, le conseiller indépendant avait demandé à ses collègues de reporter le vote, que rien ne pressait.

Selon lui, les gens avaient un bon argumentaire en disant que la construction d’un bloc à six logements n’est pas bonne pour la ville. «On augmente la densification de la ville et il y a des pertes en revenus de taxes foncières. Tout ce que ça donne, c’est favoriser un promoteur. Pourquoi? Je ne le sais pas», se demande-t-il.

Il n’abandonne toutefois toujours pas la partie. «Ce soir, c’était l’adoption finale du règlement. Je ne sais pas s’il reste des recours, je vais vérifier», conclut-il.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *