Actualités
15:37 16 septembre 2016 | mise à jour le: 16 septembre 2016 à 15:37

Centre Jardin Hamel: «On a l’impression qu’on ne veut pas de nous autres»

AFFAIRES. Le copropriétaire du Centre Jardin Hamel Jean-Paul Daoust a plus que jamais l’impression qu’on ne veut plus de son commerce à L’Ancienne-Lorette. Alors qu’il dit attendre une réponse à une cinquième proposition de reconstruction après l’incendie qui a rasé le commerce le 7 mars dernier, M. Daoust se surprend d’avoir reçu une lettre lui ordonnant de retirer son chapiteau et ses enseignes le 30 septembre au plus tard.

Le copropriétaire du Centre Jardin Hamel Jean-Paul Daousté (Photo TC Media – Monica Lalancette)

«On a vraiment l’impression qu’on ne veut pas de nous autres», réagit Jean-Paul Daoust. «On en comprend qu’ils ont d’autres projets pour ce terrain-là». Or, la propriété n’est pas à vendre, tonne-t-il.

Le bras de fer entre le Centre Jardin Hamel et la Ville de L’Ancienne-Lorette dure depuis le printemps, relate Jean-Paul Daoust. À ce moment, une première proposition avait été refusée, rappelle l’homme d’affaires, et en cours de modification du projet, de nouveaux règlements, en lien entre autres avec l’occupation au sol, sont venus changer la donne, commente-t-il.

C’est d’ailleurs sous cette raison que la Ville avait refusé une nouvelle proposition en juillet, expliquant qu’une faible occupation au sol réduirait le potentiel de revenus de taxes. Pourtant, cette quatrième mouture du projet avait été faite «en grande majorité par la ville, avec des bâtiments commerciaux autour de notre Centre Jardin, pour aller chercher un maximum de revenus de taxes», déclare M. Daoust.

Ceci pourrait aussi vous intéresser: Centre Jardin Hamel: L’Ancienne-Lorette refuse le projet de reconstruction

Le copropriétaire presse aujourd’hui la Ville de L’Ancienne-Lorette de donner suite à son actuelle proposition «qui est conforme à 100%», selon lui. Les employés commencent à s’inquiéter et la préparation de la saison de Noël est compromise, commente-t-il.

Une demande d’entrevue a été soumise au cabinet du maire de L’Ancienne-Lorette Émile Loranger vendredi matin. En fin d’après-midi, il n’avait toujours pas été possible de parler au maire ni à sa conseillère en communications.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *