Actualités
20:56 13 décembre 2011 | mise à jour le: 13 décembre 2011 à 20:56 Temps de lecture: 4 minutes

Objectif police 2.0 pour le nouveau chef Michel Desgagné

Le nouveau chef du Service de police de la Ville de Québec a du pain sur la planche. Il entend s’attaquer notamment à l’émergence de la cybercriminalité et à la drogue chez les jeunes. Dans ces domaines comme en ce qui a trait à la sécurité routière ou à la gestion des grands événements, il veut travailler de concert avec les acteurs des milieux concernés.

Et l’atteinte de ces objectifs passe inévitablement par une meilleure connaissance des médias sociaux pour le nouveau chef. La police va devoir se mettre à «on» comme il le dit si bien.

«Il y a quelque chose qui me préoccupe : il faut s’adapter aux nouveaux médias sociaux. Comme service de police, on est peut-être en retard. On essaie d’innover et d’être en amont pour bien des choses, mais pour celle-là, je pense qu’on a un bon bout de chemin à faire encore. Autant au niveau communications avec les jeunes, autant on a des gens qui tentent de communiquer avec nous pour faire des dénonciations par ces médias là», indique M. Desgagné.

C’est que la popularité des Facebook et autres Twitter de ce monde transforme le travail des policiers. «Ça change un peu nos interventions, surtout dans les grosses enquêtes. L’information circule très rapidement et bien souvent des éléments d’enquête qu’on gardait pour nous sortent parce qu’il y a des témoins qui publient ça. Ça peut nous aider si on est à l’affût, mais bien souvent, ça nous oblige à faire des interventions plus rapides», résume-t-il.

Maintenir la sécurité

Pour celui qui a commencé sa carrière de policier à Beauport en 1977, l’objectif à garder en tête pour le service qu’il dirige maintenant est clair : il faut maintenir le niveau de sécurité qu’on connaît présentement. Un principe plus compliqué qu’il n’y paraît dans le contexte actuel.

«La ville de Québec est une des plus sécuritaires en Amérique. Il faut continuer dans cette veine là, s’assurer que les gens se sentent en sécurité. La ville est en pleine effervescence, les politiciens, dont M. Labeaume, ont des projets. La ville se transforme; on va transformer nos façons de faire pour s’assurer de garder cette qualité de vie là qu’on a ici.»

Le cas du projet de tramway par exemple démontre bien ce que le service de police doit envisager dans l’avenir. «Un tramway, on a jamais eu ça à Québec. On est en train de regarder ce qui se passe ailleurs dans le monde, là où il y a des tramways ou des métros. En quoi ça a transformé le travail des policiers. La criminalité se déplace aussi vite que les individus», considère le nouveau chef.

Suite à la page 2

Travail d’équipe

Alors qu’autrefois les policiers réagissaient à des événements planifiés par d’autres, Michel Desgagné croit qu’il faut dorénavant que son service soit partie prenante des décisions, et ce, dans divers domaines. Le travail des agents en sécurité routière par exemple peut être simplifié par de meilleurs aménagements, le tout en collaboration avec les architectes qui conçoivent les plans ou avec le service d’aménagement. «On aime aussi bien être consultés au fur et à mesure.»

Même chose pour les grands événements. La fête de la Saint-Jean telle qu’elle a été gérée par les policiers l’an dernier pourrait bien devenir la norme. «Avant, il y avait ceux qui préparaient et la police qui réagissait à ce qui se passait. On a pas mal évolué. On a fait des comités de dialogue avec les promoteurs, ce qui fait en sorte que la sécurité n’est plus seulement le problème de la police», affirme-t-il.

Quant aux relations de travail, Michel Desgagné assure que le Service de police de Québec va bien. Ses relations avec la Fraternité des policiers sont au mieux, assure-t-il.

«Les moyens de pression des dernières années n’ont pas été dirigés vers les officiers. Les relations qu’on a sont des relations de partenaires, d’échange. On émet nos préoccupations de part et d’autre et on met de l’eau dans notre vin. On est des confrères de travail, l’important c’est notre mission, pas nos petites chicanes internes ou nos divergences», termine le nouveau chef.

L’Appel, membre du groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *