Actualités
13:43 8 mars 2018 | mise à jour le: 8 mars 2018 à 13:43 temps de lecture: 4 minutes

Les Découvreurs au premier rang pour la diplomation

L’administration de la Commission scolaire des Découvreurs et l’ensemble de ses artisans ont de quoi bomber le torse. En effet, les plus récentes statistiques portant sur la diplomation des élèves la place au tout premier rang de la province. De quoi rassurer les parents et motiver les enseignants dans leurs tâches.

Véritable ONU en milieu scolaire, la CS des Découvreurs profite de la richesse de son multiculturalisme, grâce à ses succès d’intégration et de francisation

Photo gracieuseté

Rendu public par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, le Rapport sur la diplomation et la qualification par commission scolaire au secondaire 2017 brosse le portrait de la cohorte d’élèves entre 2009 et 2016. Le document officiel dresse la proportion de jeunes qui, avant l’âge de 20 ans, ont obtenu un premier diplôme sept ans après leur entrée au secondaire. Cela inclut la formation générale, l’éducation aux adultes et la formation professionnelle.

Il en ressort que la CS des Découvreurs se hisse bonne première de classe au Québec, avec un taux de diplomation et de qualification de 89,7%. La progression est notable par rapport à la cohorte précédente (2008-15), qui affichait un rendement de 86,8%.

Très fier de ce résultat, le président des Découvreurs s’empresse de redistribuer le mérite au personnel éducateur et de soutien. Pour Alain Fortier, il s’agit du fruit des efforts et des sacrifices consentis par tout le personnel, pour suivre les priorités et les orientations budgétaires de la commission scolaire.

«C’est un travail d’équipe et, lorsqu’il y a des retombées positives, la réussite rejaillit sur l’ensemble du groupe. Ça ne se fait pas tout seul, en lançant des idées dans un bureau. Il faut que l’exécution se concrétise dans chaque école et dans chaque classe. À cet égard, je dois dire qu’à la CS des Découvreurs, nous profitons des avantages d’une gestion décentralisée, qui fait place à la diversité des moyens dans la complémentarité des rôles», affirme M. Fortier, pour qui équité ne rime pas avec uniformité.

L’administrateur d’expérience se félicite d’ailleurs que la mission éducative passe avant tout. «Jamais un directeur ne va tenter d’obtenir un avantage, si c’est pour en pénaliser un autre. Je constate un grand respect de la pluralité et de la particularité des besoins, en fonction des milieux et des clientèles. Cela contribue à l’atteinte de nos objectifs.»

Contexte favorable

Questionné à savoir si le mérite des Découvreurs ne serait pas atténué par le fait qu’elle bénéficie d’un territoire privilégié, Alain Fortier rétorque aussitôt. À ses yeux, cet avantage cache aussi son revers. Ainsi, dans un milieu nanti comme celui de l’ouest de Québec, la proportion d’élèves qui s’en vont vers les collèges privés atteint parfois 30% dans certains secteurs. Cette forme d’écrémage des talents constitue un souci constant, qui force au dépassement pour éviter que ça devienne un désavantage.

Une autre réalité qui distingue la commission scolaire locale est la grande diversité de jeunes issus des communautés culturelles qu’elle accueille. «Ces enfants d’immigrants provenant de plus d’une cinquantaine de nations représentent autant de défis d’intégration et de francisation. Or, non seulement cette situation n’a pas semblé influencer le taux de diplomation, mais en plus cela contribue à l’enrichissement et à l’ouverture d’esprit de l’ensemble de nos élèves», explique M. Fortier.

Malgré son premier rang provincial, la CS des Découvreurs n’est pas exempte de préoccupations pour se maintenir en tête. La vigilance est de mise, surtout pour adapter ses modes d’accompagnement afin de dynamiser le programme régulier. Également, convient son président, il faut prendre acte de l’écart qui persiste entre la réussite des garçons (86%) et celle des filles (93,1%). Est-ce une réalité immuable dans les conditions actuelles d’enseignement? Une analyse exhaustive s’impose afin de résoudre ce mystère.

Comparatifs diplomation dans les autres CS régionales

-De la Capitale = 73,3% (garçons 68,8% et filles 78,2%)

-Central Québec = 86,8% (garçons 80,9% et filles 93,2%)

-Premières Seigneuries = 77,3% (garçons 72,1% et filles 83,2%)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *