Actualités
13:49 9 mars 2018 | mise à jour le: 9 mars 2018 à 13:49 temps de lecture: 3 minutes

L’uniformisation de la taxation scolaire bien perçue

Règle générale, le projet d’uniformisation de la taxation scolaire à l’intérieur d’une même région s’avère bien perçu à la grandeur de la province par les administrateurs du système éducatif.

Alain Fortier, président de la Commission scolaire des Découvreurs

©Francis Bouchard Photographe MMXVII

C’est le constat qu’en fait Alain Fortier, président de la Commission scolaire des Découvreurs et également président de la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ). Il rappelle à cet égard qu’un mémoire favorable a été déposé en commission parlementaire par le regroupement qu’il dirige.

«Notre document soulignait notamment que cette proposition d’uniformisation constitue une façon d’enrayer deux problèmes récurrents. Cela évitera que des taux différents s’appliquent dans deux quartiers et parfois même deux rues, alors que les mêmes services y sont offerts. Aussi, ça devrait décourager les gens qui magasinent un secteur où s’établir en fonction du taux de taxe qui prévaut à l’école locale», explique M. Fortier.

Le président de la FCSQ met toutefois en garde devant la réalité que la nouvelle formule risque d’instaurer. «Certes le taux régional va établir une certaine péréquation en privilégiant le taux le plus bas sur l’ensemble du territoire. Toutefois, avise-t-il, les 650M$ additionnels que devra éponger le ministère de l’Éducation vont nous rendre dépendants des humeurs des gens au pouvoir et de l’économie.»

Palmarès dénoncé

Invité à commenter les données du palmarès des commissions scolaires élaboré par l’Institut Fraser, Alain Fortier a plutôt dénoncé ce genre d’initiative privée. À son avis, ces classements basés sur une série de critères inéquitables et parfois strictement matériels font de grosses manchettes, mais ne contribuent en rien à la mission d’enseignement et à la motivation de ses artisans. Il préfère garder ses commentaires pour les données officielles compilées par le ministère.

Mentionnons que le palmarès Fraser sur la performance des commissions scolaires place les Découvreurs au 5e rang avec une cote de 6,4 sur 10. La CS des Premières Seigneuries suit en 11e place (5,4), alors que celle de la Capitale se retrouve avec une cote de 4,5 qui la situe au 22e rang sur 26 (considérant les nombreuses égalités parmi les 72 CS du Québec). 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *