Actualités
19:22 13 août 2018 | mise à jour le: 13 août 2018 à 19:22 temps de lecture: 3 minutes

Pas de rentrée pour les élèves des Pères-Maristes sous enquête

ÉDUCATION. Le Séminaire des Pères Maristes ne réintégrera pas cet automne les garçons visés par une enquête policière entourant le partage de photos intimes de consoeurs. La décision a été prise par le conseil d’administration de l’établissement secondaire privé de Sillery, qui y voit la seule façon d’assurer une rentrée scolaire sereine et de ramener une certaine paix sociale dans ses rangs.

Voyant la rentrée arriver, la direction de l’établissement a pris la seule décision assurant un environnement serein, sans plus attendre les conclusions du DPCP.

(Photo Métro Média – Archives)

Cette résiliation du contrat de services éducatifs touche essentiellement trois des six garçons impliqués, puisque les familles des trois autres avaient déjà volontairement accepté d’inscrire leur enfant dans une autre école après des échanges avec la direction du Séminaire. Soulignons qu’une d’entre elles avait déjà décider de retirer leur jeune dès l’éclatement du scandale en mai dernier, alors qu’une autre l’a fait pour des raisons qui ne sont pas en lien avec l’enquête en cours.

Avant de trancher, le Séminaire espérait prendre connaissance des conclusions du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) et ainsi avoir en mains toutes les informations factuelles et contextuelles pour une prise de décision éclairée. Or, ses conclusions se font toujours attendre bien que les arrestations des élèves aient eu lieu le 2 mai dernier. Comme la rentrée arrive à grands pas, la situation devenait intenable pour les victimes alléguées. Aussi, il convenait de bouger dans les meilleurs délais, afin de permettre aux parents des élèves exclus d’avoir suffisamment de temps pour trouver une nouvelle école secondaire où ils pourront poursuivre leur scolarisation.

«La relation qui nous lie avec les parents et nos élèves repose sur la confiance. La décision que nous rendons aujourd’hui est la seule qui permette de mettre en place un environnement serein et d’envoyer un signal sans équivoque à l’effet que les gestes allégués sont inacceptables et incompatibles avec nos valeurs et notre code de conduite. Par ailleurs, il s’agit aussi d’une décision prise dans l’intérêt de tous, filles et garçons, et des 650 élèves que compte le Séminaire», a commenté le père Yvan Mathieu, président du conseil d’administration.

Plan d’action global

Estimant avoir été proactif et avoir agi de bonne foi dans ce dossier délicat, le Séminaire des Pères-Maristes entend aller plus loin et revoir ses procédures pour éviter pareille situation. Avec l’appui du c.a. et l’implication de l’équipe-école, la direction promet de déployer les efforts et les moyens nécessaires afin de mettre à jour son plan de lutte contre l’intimidation et la violence, à temps pour la présente rentrée scolaire.

«Des ateliers de sensibilisation, de formation et d’intégration verront le jour tout au long de l’année scolaire pour faire la promotion des mesures que contient le plan mis à jour. Nous entendons également accentuer l’information destinée aux parents pour qu’ils soient mieux outillés pour devenir des agents de changement dans un environnement exempt d’abus, de harcèlement, de violence et d’intimidation que nous avons la responsabilité commune et partagée de mettre en place. Des mesures sont aussi prévues pour protéger les victimes alléguées et accueillir convenablement tous les autres élèves», a conclu le directeur François Sylvain.

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *