Actualités
10:49 20 juin 2018 | mise à jour le: 20 juin 2018 à 10:49 temps de lecture: 2 minutes

Anacolor: le comité de citoyens restera vigilant

ENVIRONNEMENT. Soulagé du dénouement de la saga entourant le déménagement d’Anacolor, le Regroupement citoyen pour la qualité de l’air de Cap-Rouge entend demeurer alerte d’ici à la conclusion du dossier l’été prochain.

Le déménagement débutera en juin 2019 et les activités d’Anacolor cesseront définitivement à Cap-Rouge en septembre de la même année.

(Photo Métro Média – Archives)

L’entente intervenue prévoit un prêt gouvernemental pour aider à la relocalisation de l’entreprise de peinture dans un parc industriel de la Rive-Sud. Le déménagement doit débuter en juin 2019 et les activités cesseront complètement sur le site actuel sous le tracel ferroviaire en septembre suivant. Le terrain acquis 2,1M$ par la Ville de Québec devrait ultérieurement accueillir un développement immobilier.

Restera aux autorités à accélérer l’émission du certificat d’autorisation permettant à la compagnie d’opérer dans ses nouvelles installations. Dans le cadre du règlement, Anacolor versera 75 000$ pour la réalisation de projets bénéficiant à la communauté carougeoise. L’entente de principe devra toutefois être acceptée par la Cour supérieure, avant de mettre un terme au recours collectif qui lui avait été présenté.

Interrogée sur la conclusion de ce dossier qui fait les manchettes depuis plus de deux ans, la porte-parole du regroupement citoyen se dit satisfaite, mais toujours aux aguets. «Nous avons atteint notre objectif, indique Zeina Constantin, soit que l’usine se relocalise dans un milieu plus approprié pour ce type d’activités. Néanmoins, nous ne baissons pas les bras et restons vigilants pour ne pas subir d’autres émanations d’ici son départ.»

Bien que la demande d’action collective sera éventuellement abandonnée, le groupe n’a pas l’intention de se dissoudre avant la date butoir fixée au 30 septembre 2019 pour l’arrêt des opérations d’Anacolor. «Nous avons bon espoir que tout se termine bien, mais nous reprendrons du service si de nouveaux problèmes d’odeurs surviennent», assure Mme Constantin, convenant que la tenue d’une élection partielle l’automne dernier et d’une générale l’automne prochain ont certes contribué à dénouer l’impasse dans ce dossier.

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *