Actualités
11:51 26 septembre 2018 | mise à jour le: 26 septembre 2018 à 11:51 temps de lecture: 3 minutes

Accepter l’aide et s’y accrocher

SANTÉ. Comme pour tout dysfonctionnement ou dépendance, la guérison des troubles mentaux débute lorsque la personne atteinte reconnaît son état, accepte l’aide à sa disposition et suit le plan de médications prescrites.

Atteint de TOC, Frédéric Tremblay a connu des bas avant de devenir une ressource d’accompagnement pour les personnes atteintes dans la région de Québec.

(Photo Métro Média – François Cattapan)

Selon le co-porte-parole de la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales (SSMM) 2018, certes il y a de l’espoir, mais surtout il faut de la discipline pour éviter les récidives. Frédéric Tremblay est bien placé pour parler, lui-même a fait l’erreur à plusieurs reprises de cesser la prise de médicaments parce qu’il se sentait mieux. Chaque fois, il a vécu la rechute et la résurgence de son trouble obsessionnel compulsif.

Atteint de TOC, Frédéric Tremblay a connu des bas avant de devenir une ressource d’accompagnement pour les personnes atteintes dans la région de Québec.

(Photo Métro Média – François Cattapan)

«C’est ce que je veux véhiculer auprès des autres personnes atteintes. On ne peut s’en sortir seul. Il faut prendre la main tendue, quitter son isolement, chercher de l’information pertinente à sa situation personnelle et entrer en contact avec les ressources d’aide. Car, l’optimisme est permis. Avec l’évolution de la recherche, le rétablissement est accessible», affirme celui qui a parcouru ce long chemin avec succès.

Maintenant qu’il est en parfaite forme, Frédéric s’est juré devant Dieu que jamais plus il ne cesserait de prendre sa médication. Il ne s’en cache d’ailleurs aucunement. La spiritualité a contribué à combler son manque de force intérieur pour appliquer avec efficacité les enseignements du psychothérapeute.

Éventail d’outils

Pour une personne en début de cheminement, il recommande de consulter un psychologue pour obtenir un diagnostic clair et ainsi pouvoir se faire prescrire la médication appropriée. Cependant, Frédéric Tremblay est catégorique, la médication ne règle pas tout.

«Il faut un éventail d’outils pour parvenir à améliorer sa qualité de vie et ne pas rester pris avec ses démons intérieurs. Des compléments comme les thérapies, la spiritualité, la méditation, les lectures et les échanges sont d’une grande utilité. Puis, insiste-t-il, on puise dans ses réserves de courage et de persévérance, car le chemin de la guérison est long.»

Ressources d’aide: www.camimh.ca/fr; www.phobies-zero.qc.ca; www.fqtoc.com.

Métro Média

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *