Actualités
19:35 11 janvier 2017 | mise à jour le: 11 janvier 2017 à 19:35 Temps de lecture: 3 minutes

Caire dénonce l’inaction d’Hamad envers Anacolor

ENVIRONNEMENT. Déplorant que l’entreprise Anacolor continue impunément de rejeter des émanations polluantes au-dessus de Cap-Rouge, Éric Caire accuse le député local Sam Hamad de se traîner les pieds dans ce dossier en ce début 2017. Il estime que son voisin de la circonscription de Louis-Hébert manque d’intérêt pour ses électeurs locaux, étant plutôt préoccupé par la réintégration du conseil des ministres.

Le député Éric Caire presse son voisin Sam Hamad d’agir pour la santé des Carougeois. (Photo TC Media – François Cattapan)

Selon le député de La Peltrie et porte-parole de la Coalition Avenir Québec (CAQ) pour la Capitale, il existe un moyen simple de faire cesser les rejets d’Anacolor dans l’air avoisinant le tracel ferroviaire. Il suffirait que le ministère de l’Environnement émette une injonction contraignant l’entreprise de peinture à mettre en place des correctifs pour respecter les normes de qualité d’air prévues à son certificat d’autorisation.

«Anacolor cumule les avis de non-conformité pour ses opérations. Pourtant, elles se poursuivent près d’un quartier résidentiel et d’une école. Au lieu de corriger la situation, l’entreprise va de délais en reports. Pendant ce temps, les dangers persistent pour la santé publique. Encore ce matin, des citoyens sont venus me dire que des odeurs incommodantes étaient perceptibles. Il y a urgence d’intervenir», insiste M. Caire.

Sur son terrain

C’est pourquoi il interpelle Sam Hamad directement sur son terrain. Poussant l’audace jusqu’à convoquer les médias à un point de presse devant les bureaux de ce dernier, afin de marquer son absence sur cet enjeu local. «C’est sa circonscription, c’est à lui de bouger et de régler cet irritant majeur. Plutôt que de consacrer ses énergies à réintégrer le conseil des ministres, la priorité du député de Louis-Hébert devrait être la sécurité, la santé et la qualité de vie des citoyens de Cap-Rouge», clame le député de la CAQ.

À son avis, la situation est symptomatique de la perte d’influence des libéraux de la région de Québec. «Le dossier Anacolor en est le parfait exemple, puisqu’aucun député libéral n’ose hausser le ton ou faire pression sur le ministre de l’Environnement, David Heurtel, pour que les émanations liées aux activités industrielles de l’entreprise diminuent enfin et qu’elles n’affectent plus le bien-être de la population», insiste Éric Caire, qui se dit prêt à livrer bataille si le député local reste dans l’ombre.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *