Actualités
18:24 27 novembre 2017 | mise à jour le: 27 novembre 2017 à 18:24 temps de lecture: 3 minutes

La Ville de Québec largue le mur anti-crue

ENVIRONNEMENT. Déçue de voir les exigences du ministère de l’Environnement augmenter, tout comme la facture des travaux, la Ville de Québec abandonne son projet de mur anti-crue visant à contrer les inondations de la rivière Lorette.

Le projet de protection contre les inondations de la rivière Lorette, par l’ajout d’un mur anti-crue et de bassins de rétention, était en attente d’un décret gouvernemental à la suite du dépôt du rapport du BAPE en septembre dernier.

(Photo gracieuseté)

Présentée en audition devant le Bureau d’audience publique sur l’environnement (BAPE), au printemps, cette initiative avait pour objectif de sortir les citoyens sinistrés de la zone inondable et de protéger leur propriété. Elle avait été mis de l’avant dans le but d’éviter la répétition des inondations de 2005 et de 2013.

Or, selon les explications de Jonatan Julien, vice-président du comité exécutif de Québec responsable des infrastructures et des travaux publics, il semble que les travaux réalisés et ceux envisagés ne suffiront pas à combler les attentes. «La liste des avis et des demandes d’engagement du BAPE et du ministère de l’Environnement donne le signal clair que le projet ne pourra restreindre la zone inondable», déplore-t-il.

Devant le constat que la facture initiale devrait passer de 68,9M$ à près de 100M$, sans atteindre l’objectif visé, le maire de Québec, Régis Labeaume se résigne à larguer l’installation d’un mur anti-crue. «Nous mettrons de l’avant un projet révisé et nous effectuerons d’ici 2020 des travaux assurant aux sinistrés de 2005 et 2013 une protection contre une pluie de récurrence sur la base du pire scénario en 100 ans.»

Projet revu

Agissant en tant que porteuse du projet de protection contre les inondations de la rivière Lorette, au nom de l’Agglomération de Québec, la Ville de Québec rappelle avoir investi 35,6M$ depuis 2009. D’après son estimation, ces travaux ont permis de supporter un débit de 70 mètres cubes d’eau par seconde, soit 20 de plus que la capacité hydraulique initiale de la rivière.

Il appert que ces interventions offrent déjà aux 287 résidents et commerçants de la zone inondable une protection similaire aux autres citoyens du secteur. La Ville en veut pour preuve le fait que les récents épisodes de forte pluie n’ont pas conduit à des débordements. Aux travaux déjà réalisés (construction de postes de pompage, de barrages et de ponts), la Ville ajoutera 10M$ en mesures additionnelles de protection.

Intervention à venir

-Reconstruire le pont de l’Accueil, situé sur le boulevard Masson;

-Construire un canal de crue en amont du pont de la Maison O’Neill;

-Assurer la pérennité des mesures temporaires et leur entretien;

-Mettre sur pied un programme d’entretien.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *