Actualités
15:44 22 février 2012 | mise à jour le: 22 février 2012 à 15:44 temps de lecture: 2 minutes

Manifestation pour la réintégration de deux infirmières à la Résidence du Campanile

Une soixantaine de syndiqués de la FTQ ont manifesté hier midi devant la Résidence du Campanile du secteur Sainte-Foy pour demander la réembauche de deux infirmières, estimant que les deux employées avaient été licenciées pour avoir participé à des activités syndicales.

Les infirmières comptant quatre ans et un an et demi d’ancienneté à la Résidence mais plus de 25 ans d’expérience dans leur domaine, ont été congédiées le 13 février, un mois après que les salariés de l’endroit se soient affiliés au Syndicat québécois des employées et employés de service SQEES (FTQ), le 12 janvier dernier.

«L’employeur prétend ne plus avoir besoin d’infirmières auxiliaires pour prendre soin des personnes hébergées à la résidence puisqu’il compte créer des unités spécifiques. Pourtant, aucune démarche n’a été entreprise en ce sens, il n’y a pas eu d’embauche et pas de personnel pour compenser leur départ. Tout porte à croire que la cause de leur licenciement est syndicale», affirme Danielle Rousseau, conseillère syndicale.

Le SQEES (FTQ) a déjà déposé des recours en vertu des articles 15 et 59 auprès de la Commission des relations du travail. Le syndicat promet aussi d’autres moyens de pression si l’employeur ne réintègre par les deux infirmières.

À la Résidence du Campanile, la directrice de l’établissement, Nathalie Giguet, assure que le licenciement des deux salariées est bel et bien dû à une réorganisation. «Les deux employées étaient des infirmières auxiliaires. Nous avons maintenant besoin d’infirmières autorisées compte tenu des soins à prodiguer à notre clientèle. Les postes sont ouverts présentement», indique-t-elle.

L’Appel, membre du groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *