Actualités
16:57 5 mars 2012 | mise à jour le: 5 mars 2012 à 16:57 temps de lecture: 3 minutes

La science au service de la bière

La Ulav’Ale est artisanale, brune de type scotch ale, caramélisée et… étudiante. La toute première bière commercialisée par le projet Microbroue, qui réuni un groupe d’étudiants de sciences et génie de l’Université Laval passionné par les levures, est en vente au resto-bar Le Cactus.

Microbroue, c’est avant tout l’étude de la fabrication de la bière et de ses composantes biochimiques et microbiologiques. Les membres du groupe, qui étudient en biochimie, en microbiologie, en physique ou en génie alimentaire, y travaillent pendant leurs temps libres sous la supervision de Michel Guertin, directeur du Département de biochimie, de microbiologie et de bio-informatique de l’Université Laval.

«Notre but ce n’est pas de produire de l’alcool et de faire de l’argent», résume simplement Michaël Tourigny, l’un des membres du groupe.

Le casse-tête du brassage

Véritable petite entreprise, le groupe n’a qu’un problème : impossible de brasser de la bière sur les terrains de l’Université, la loi l’interdit. Pour créer leur Ulav’Ale, les étudiants ont dû s’associer avec la microbrasserie montréalaise Benelux qui réalise les brassages des recettes fermentaires.

«Quand on boit notre bière, on ne pense pas à tout le procédé, mais il y a beaucoup de travail, beaucoup de manipulations qui se font avant que la bière n’arrive dans la bouteille», assure Michaël Tourigny.

Pratiquement autodidactes, les passionnés de bière aimeraient pouvoir en apprendre plus sur leur boisson favorite ici même. «Le problème à Québec, c’est que les gens qui s’intéressent au domaine brassicole n’ont pas de place pour étudier. Ceux qui ouvrent des microbrasseries ont souvent été en stage en Belgique. On voudrait que des cours se donnent ici», indique David Martel, le directeur des communications de Microbroue.

Nouvelle bière

Pas question pour autant de laisser tomber, bien au contraire. Les passionnés de bière ont plusieurs projets. D’abord, ils participeront à un concours étudiant à la fin mars, Les Houblonneries de Montréal, qui couronne la meilleure bière étudiante. Ils souhaitent aussi poursuivre leurs recherches. «On aimerait isoler une levure nouvelle, qui existe déjà, mais qui n’a pas encore été découverte», avance Maxim Moisan, le président de Microbroue.

Et puis ils entendent bien surfer sur leur succès. C’est que les clients du resto-bar Le Cactus ont bien aimé leur Ulav’Ale. «C’est un bon vendeur, un bon ambassadeur, confirme Louis Caron, copropriétaire de la place. C’est une très bonne scotch ale. On ne se rendra pas à l’été avec ce qui a été brassé.»

Microbroue prévoit donc lancer une deuxième bière vers la fin de la session d’hiver. «L’idéal serait d’en avoir toujours une en vente. On rebrasse celle-ci où on en fait une différente. On aimerait une bière qui se boit bien en été, une bière plus rafraîchissante», termine Maxim Moisan.

L’Appel, membre du groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *