Actualités
16:17 14 septembre 2012 | mise à jour le: 14 septembre 2012 à 16:17 temps de lecture: 3 minutes

Camping poussiéreux, campeurs mécontents à Saint-Augustin

Les résidents saisonniers du Camping Canadien-Américain situé sur la route 138 à Saint-Augustin-de-Desmaures sont mécontents. Les opérations de l’entreprise Transpavé, voisine du camping, soulèvent beaucoup de poussière qui vient se déposer sur les roulottes, les motorisés et les véhicules des campeurs, bloquant les conduits de ventilation, empêchant de manger à l’extérieur et forçant l’époussetage à répétition.

«Sur le terrain de camping, on ne peut pas ouvrir les fenêtres. On lave les moustiquaires et le lendemain, ils sont déjà tout salis. La semaine, on ne peut pas manger dehors. Quand on voit toute la poussière qui se dépose, on a peur pour notre santé», lance Ginette Dorval, une campeuse saisonnière du Camping Canadien-Américain depuis une dizaine d’années.

Devant cette situation, Nicole Larouche, une ancienne conseillère municipale originaire de la Côte-Nord et résidente saisonnière du camping depuis trois ans, a décidé d’agir. En plus d’une pétition déposée au conseil municipal de Saint-Augustin, elle a joint la Santé publique. «On ne veut pas de chicane, on demande seulement des étés paisibles. On aimerait que le nettoyage se fasse avec de l’arrosage. Les solutions existent, on le sait», affirme-t-elle.

Transpavé réceptive

Chez Transpavé, on assure que le problème est pratiquement déjà réglé. L’entreprise s’est montrée réceptive et a déjà modifié son horaire de livraison pour limiter le bruit tôt en journée. De plus, l’aménagement d’un monticule d’arbres, adjacent au camping, est prévu cet automne dans le but de créer un écran antibruit et de bloquer la poussière. Il faut dire que l’été sec qu’on connaît a aggravé le problème.

«[Les campeurs] vont voir la différence quand ils vont revenir au printemps. On va installer des arbres qui vont créer un écran et qui vont empêcher la poussière. On ne peut pas les planter tout de suite, mais dès que la température se rafraîchira, vers le milieu octobre, on va commencer le travail. Ce sont des arbres matures, qui grossissent rapidement», explique Lyne Desbiens, la directrice de Transpavé inc.

De plus, les produits de bétons que vend Transpavé ne sont pas fabriqués à l’usine de Saint-Augustin. Mme Desbiens assure donc que, d’une part, la poussière n’occasionne par de risques particuliers pour la santé et que, d’autre part, les particules ne risquent pas d’endommager les biens des voisins de son entreprise. «C’est de la poussière de sable. Ça fait 18 ans que je travaille pour Transpavé et mon véhicule n’a jamais été brisé», conclut-elle.

Reste que le camping, qui se trouvait au beau milieu d’un champ quand il a ouvert ses portes il y a une quarantaine d’années, est maintenant situé au cœur d’un quartier majoritairement industriel.

L’Appel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *