Actualités
21:45 5 mai 2015 | mise à jour le: 5 mai 2015 à 21:45 Temps de lecture: 3 minutes

Pont de Québec: les néo-démocrates veulent forcer la main au Canadien National

PONT DE QUÉBEC. Le Nouveau Parti Démocratique (NPD) veut contraindre le Canadien National (CN) à repeindre le pont de Québec avec la présentation d’un nouveau projet de loi porté par le député de Louis-Hébert, Denis Blanchette, a annoncé aujourd’hui le chef du parti, Thomas Mulcair.

Le projet de loi du député Denis Blanchette comporte deux volets. Il s’agit dans un premier temps de reconnaître la nécessité de maintenir en bon état les institutions ferroviaires patrimoniales. Si ce n’est pas le cas, le projet de loi donnerait le droit au gouvernement de déclencher les travaux et de refiler la facture aux propriétaires. «Ça permettra au gouvernement d’obliger le CN à peinturer le pont de Québec au risque de se voir contraint à payer», a expliqué Denis Blanchette.

Plus qu’un objet de beauté, le pont de Québec a aussi une valeur utilitaire dans la région de Québec et de Lévis a expliqué Denis Blanchette. «C’est le seul lien ferroviaire entre les deux rives, a-t-il ajouté. C’est aussi le seul endroit où les cyclistes et les piétons peuvent voyager.» Il a estimé que près de 30 000 voitures passaient chaque jour dans les deux directions sur le pont.

Conservateurs pointés du doigt

Le chef du NPD Thomas Mulcair a vivement critiqué la proposition des conservateurs de verser 75 M$ pour couvrir les dépenses d’entretien à condition que le CN en fasse de même. «Les conservateurs rient de nous en faisant des promesses vides comme celle-ci», a-t-il mentionné.

L’ancien maire de Saint-Romuald et désormais candidat pour le NPD dans Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Jean-Luc Daigle, croit que les citoyens ne devraient pas payer pour l’entretien du pont. «Le CN doit prendre ses responsabilités et s’occuper de ce symbole de la région», a-t-il affirmé. Il a ajouté que les échanges entre les deux rives se faisant de plus en plus nombreux, une intervention devenait nécessaire.

Les travaux sur le pont sont essentiels pour assurer la durée de vie du pont de Québec a expliqué Denis Blanchette. Il a donné comme exemple la facture salée avec laquelle s’est retrouvée la Ville de Montréal pour le pont Champlain. «La rouille abrège la durée de vie du pont, il faut s’en occuper», a-t-il spécifié.

Le pont de Québec suscite l’unanimité chez les politiciens de la région croit Denis Blanchette. «Ce n’est pas un enjeu partisan, a-t-il affirmé. C’est un objet de fierté de la région de Québec.»

Le CN est propriétaire du pont de Québec depuis 1993. Les travaux de réfection jadis entamés par la compagnie se sont arrêtés depuis 2005.

Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *