Actualités
12:01 20 mai 2015 | mise à jour le: 20 mai 2015 à 12:01 temps de lecture: 3 minutes

Les parcomètres sur Maguire un an plus tard

PARCOMÈTRES. Un an après l’annonce de nouveaux horodateurs, l’avenue Maguire peine à retrouver sa vivacité de l’époque alors que cinq locaux sont présentement vacants et que deux autres sont sur le point de mettre la clé dans la serrure selon le propriétaire de la bijouterie Pierre Morency.

En mai 2014, le Ville de Québec avait annoncé l’implantation de parcomètres sur l’artère commerciale de Sillery. La décision en avait révolté plus d’un, dont Pierre Morency, qui avait décidé alors de payer le stationnement à ses clients. «La boîte à change est encore là, a-t-il avoué en riant. Mais les clients n’osent pas vraiment se servir.»

Cinq locaux sont inoccupés sur l’avenue commerciale en ce moment, du jamais vu selon Pierre Morency qui a pignon sur rue dans le secteur depuis 16 ans. Deux autres commerces établis depuis une dizaine d’années seraient sur le point de fermer boutique selon le joaillier. «C’est très préoccupant, a admis le directeur de la Société de développement commercial (SDC) de Maguire, Bernard Beaudry. On travaille très fort pour intéresser de nouveaux commerçants à venir s’établir chez nous.»

Grogne chez les clients

Les parcomètres de l’avenue Maguire ne font pas l’affaire de plusieurs clients pourtant habitués à côtoyer l’avenue. «Je n’ai pas utilisé une fois les parcomètres depuis leur arrivée, a affirmé un premier client. Je les boycotte.» L’homme a mentionné avoir changé d’épicerie et de SAQ, faute de stationnement. Même son de cloche du côté d’un deuxième client venu visiter le joaillier. «Aujourd’hui je suis venu à pied, sinon je ne viens plus», a-t-il avoué. L’avenue Maguire souffre de l’irritation des clients habituels. «Maguire est une rue de services, croit Pierre Morency. Le commerce de proximité ne peut pas marcher avec les parcomètres.»

La Ville de Québec a tout de même fait des efforts avec la modulation des heures de stationnements payants selon Bernard Beaudry. Pour Pierre Morency, ce n’est pas assez. «Il devrait rendre la première demi-heure de stationnement gratuit, a proposé le commerçant. Les clients, les commerçants et la Ville y trouveraient leur compte.» La SDC de Maguire a fait des demandes à la Ville en ce sens, mais attend toujours des réponses.

L’avenue Maguire, située en périphérie du centre-ville de Québec, ne peut être comparée aux autres grandes artères comme l’avenue Cartier selon Bernard Beaudry. «Il faut trouver des solutions propres à la réalité de l’avenue», a affirmé le directeur de la SDC. Un affichage sur la promenade Samuel-De Champlain pour annoncer l’avenue Maguire semble faire l’unanimité. «Ça fait 16 ans que je suis ici et ça fait 16 ans qu’on en parle, s’est exclamé Pierre Morency. Certaines personnes passent sur la promenade et ignorent qu’il y a des commerces en haut de la côte de Sillery.» L’idée du funiculaire reliant la promenade à l’avenue comme proposée dans le projet particulier d’urbanisme de Sillery est une idée intéressante selon les deux hommes.

 

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *