Actualités
14:00 25 mars 2014 | mise à jour le: 25 mars 2014 à 14:00 temps de lecture: 3 minutes

Qualité de l’air surveillée dans le quartier Champigny

Qualifiant de préoccupante la qualité de l’air dans le quartier Champigny, deux citoyens vont lancer une campagne de sensibilisation pour informer leurs pairs sur cet enjeu environnemental.

Alain Michard et Nicole Thibault, membre du comité sur la qualité de l’air, se penchent sur trois volets en particulier: la santé, l’environnement et la sécurité. L’ancien membre du conseil de quartier de l’aéroport et l’administratrice dudit conseil favorisent une approche constructive, en proposant des solutions.

«Après l’adoption du plan directeur du conseil de quartier, nous avons mis un plan d’action [adopté en janvier 2014] et formé un comité sur la qualité de l’air, dont l’objectif est de réduire les épisodes de smog dans le quartier Champigny», explique Mme Thibault.

Sondage

Le comité sur la qualité de l’air compte distribuer au cours des prochaines semaines un sondage aux résidents du quartier Champigny sur la qualité de l’air, intégré au dépliant sur les élections prochaines du conseil de quartier de l’aéroport.

«On cible le printemps en vue des feux d’été et l’automne pour les feux l’hiver. Le quartier Champigny possède une configuration géographique particulière. On est dans une cuvette, ce qui fait que lorsqu’il y a des épisodes de smog, l’air est stagnant, jusqu’à ce que le vent balaie la pollution», détaille M. Michard.

La configuration particulière du quartier Champigny a poussé le ministère de l’Environnement à installer une sonde au parc Les Primevères, afin d’enregistrer les épisodes de smog. «On suit depuis quelques mois les mesures prises par cette sonde, et le niveau de smog dit « inquiétant » survient de manière épisodique. Toutefois, les gens souffrant de problèmes pulmonaires ou cardiaques et les asthmatiques peuvent être vraiment atteints pendant ces épisodes», soutient M. Michard.

Après avoir épluché divers documents et analysé les données, M. Michard et Mme Thibault ont constaté que les particules les plus nuisibles issues du smog proviennent des feux de foyer. «On ne veut pas que la Ville de Québec finisse par interdire les feux de foyer dans le quartier, mais on espère que les citoyens adoptent un comportement responsable», mentionne-t-il.

Collaboration des pompiers

Le comité sur la qualité de l’air a entrepris une série de démarches en vue d’obtenir des appuis de divers intervenants.

«On a rencontré aussi des représentants de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale et le chef des pompiers de la ville de Québec qui nous appuie dans cette campagne de sensibilisation. On l’apprécie», conclut Mme Thibault.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *