Actualités
18:12 31 mai 2013 | mise à jour le: 31 mai 2013 à 18:12 temps de lecture: 3 minutes

Une urgence transitoire à l’Institut de cardiologie de Québec

Confrontée à des locaux désuets, des espaces exigus et un taux d’occupation variant entre 145% et 300%, l’urgence de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (IUCPQ, anciennement l’Hôpital Laval) connaîtra un second souffle grâce à des travaux de réaménagement de 6,5 M$.

Le projet, qui s’échelonnera jusqu’à l’été 2015, est une mesure transitoire en attendant la nouvelle urgence, un imposant projet de quelques centaines de millions de dollars, qui devrait voir le jour dans une dizaine d’années.

«La nouvelle urgence sera constituée d’un bloc situé à l’extrémité est du pavillon central, où le bloc opératoire, les plateaux techniques et la stérilisation seront aussi relocalisés. Ce projet est inclus dans la planification immobilière de l’hôpital depuis 2006. Mais on en est encore à l’étape de la reconnaissance des besoins. Face aux échéanciers, on a jugé nécessaire d’avoir un projet nous permettant d’assurer une transition, parce qu’on ne pouvait pas continuer à opérer comme ça», a expliqué Denis Potvin, directeur des services techniques de l’IUCPQ.

Dans la foulée du réaménagement de l’urgence, qui se déroulera en 10 phases, deux aires de réanimation seront conçues, afin de donner plus d’espace à toute l’équipe d’experts pouvant graviter autour du patient. D’autres espaces de l’hôpital seront aussi réorganisés, comme la salle d’attente et la salle de triage.

Au total, la superficie de l’urgence sera agrandie de 40%. «Les rénovations actuelles ne répondront toutefois pas encore aux normes gouvernementales, parce qu’on agrandit de l’intérieur», souligne Dre Joanne Provencher, chef de l’urgence de l’IUCPQ.

Jusqu’à six civières en moins

Inévitablement, les travaux de réaménagement de l’urgence viendront bousculer les opérations quotidiennes du personnel et des patients de l’Institut. Le bruit sera concentré, soit par période de 30 minutes sur deux heures, mais il  n’y aura pas de bruit la nuit. «Ça va représenter un stress supplémentaire pour le personnel et les patients, potentiellement instables», évalue Dre Provencher. 

Quant à la poussière, jusqu’à six civières pourraient être enlevées pour ne pas que les patients y soient exposés. «On sait que c’est temporaire et que c’est pour le mieux. (…) On a actuellement 14 civières au permis, mais après le réaménagement, on en aura 20 au permis», a poursuivi la chef de l’urgence.

Rappelons que le Service de l’urgence a été agrandi en 1995, mais depuis ce temps, aucune rénovation majeure n’a été effectuée. L’IUCPQ dessert l’est du Québec, soit 2 000 000 d’habitants. Chaque année, 14 600 personnes y sont hospitalisées. L’hôpital de Sainte-Foy possède l’une des clientèles les plus âgées du Québec.

Pour visionner la vidéo de l’évolution des travaux de réaménagement à l’urgence de l’Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec, cliquez sur le lien suivant:

http://www.youtube.com/watch?v=l3mt0pZlHFI

Groupe Québec Hebdo.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *